masque_2

La scène s'éclaire sur la passion humaine de dos, devant le portique des masques. Elle prend un masque précolombien, le met, se retourne brusquement vers le public. Elle tient dans sa main droite un baton de sergent de ville, jette son texte au public comme une menace en marchant de long en large et faisant des moulinets avec son bâton. Elle se retire lentement et, en passant, pose son masque sur le portique des masques.

(Situation de l'intelligence humaine: je n'ai jamais rien à faire, il fait un temps à ne pas mettre un sergent de ville dehors)

Acte dédié à la passion humaine, Scène 4 : monologue de la variabilité humaine (il fait un temps à ne pas mettre un sergent de ville dehors, menaçant de son bâton, des yeux  très cernés)

Le mouvement humain arrive à peine à croire en elle-même
Personne humaine y avait plus de deux mois que j'allais voir la comtesse
Dont la santé ne s'améliorait pas et présentait de plus en plus les symptômes de cette débilitation si commune maintenant
Et que les médecins de ce temps énervé ont appelée du nom d'anémie
Des yeux qui semblent regarder
Tout à la fois en dedans et refléter l'âme de ceux qu'ils contemplent
L'irréel humain attacha la longe du licou du cheval à un anneau de fer scellé dans le mur
Fit signe à Proust de le suivre
Pour peu que la révolution dure
Bientôt il ne restera rien d'Azay le rideau d'autrefois
Cela dura bien soixante pulsations comptées à ce pouls qui allait plus vite qu'à présent, et que ce spectacle fit aller plus vite encore
Car c'était bien le vide que sous lui sa ruine avait ouvert
La prédiction humaine se laissait emporter
Il y a, entre tous les faits qu'expose le soir humain, des dépendances remarquables mais
Disons-nous ne cherchez pas

(il fait un temps à ne pas mettre un sergent de ville dehors. Né brusquement, et sans que j'eusse eu le temps de le rapporter exactement à sa cause, le plaisir dont il était accompagné ne me semblait qu'un degré supérieur de celui qu'elles me donnaient)