masques_yupik_L_2

Le sentiment humain entre tenant devant son visage, à deux mains, un masque Yup'ik qui semble trop grand pour lui et qui l'embarasse. Il semble ne pas savoir que faire, va dans tous les sens comme s'il cherchait quelque chose. Il parle de façon décousue, sans tenir compte de la syntaxe. Il semble désorienté, perdu.

Les musiques, les exemples de musique, ne sont donnés qu'à titre indicatif. Le performer peut adopter toutes sortes de stratégies dans l'accompagnement musical : une musique continue durant toute la représentation, le silence, une succession ininterrompue de fragments, une alternance de musique et de silence. Elle peut aussi rythmer les actions sur scène. De même, c'est à lui de décider de la force de l'émission. Ici la musique pourrait être un chant de gorge eskimo.

(Situation de la pulsion humaine: l’humain les agaçait un peu, et ils ne tenaient pas à lui faire des amis)

Acte dédié à l'identité humaine, Scène 4 : monologue du sentiment humain (embrassant émotion humaine chaleureusement, entraîne esprit humain en cuisine)

N'étant pas arrivé à savoir de qui était l'œuvre qu'il avait entendue
Il n'avait pu se la procurer et avait fini par l'oublier
La tendresse humaine faut que je vous aide à enfoncer le mari
Aussitôt elle sentit qu'elle semblait ainsi lui imposer une attitude qui lui était peut-être importune
L'identité en finissant la lecture de ce rapport
Qu'il remit au squire
D'après nos renseignements
C'est chez le notaire Jules Barbey d'Aurevilly qu'il faut chercher la trace des parents de Sue
Et c'est à Chateaubriand qu'il faut demander où demeure maintenant François Sue
L'identité humaine se plaignait en ronchonnant que je n'étais pas venu depuis longtemps
Qu'on l'abandonnait
Le sentiment humain s'élança hors de la maison et y entra après elle
L'identité
Alphonse de Chateaubriand appuya sa main sur le bras que lui présentait le jeune homme
Et quoiqu'il ne sentît pas la pression du poignet de la danseuse
Il sentit le froid qui se communiquait de ce corps au sien
La passion humaine n'acheva pas
Disons-nous pas du tout

(Jules Barbey d'Aurevilly répond par des paroles de doux reproche)