Personnage triple. Chaque paragraphe est dit sur un ton différent: le premier rêveur, le second rageur, le troisième étonné comme si ces trois personnages se combattaient. C'est ainsi qu'il fait semblant d'ôter son masque mais ne révèle jamais son vrai visage de comédien. Musique, quelque comme comme celle du kaos club répétée avec des effets d'échos superposés.

Argument:  un jour où les pluies font appréhender des inondations. Ne voulant pas renoncer à sa lecture, va du moins la continuer au jardin et se croit caché aux yeux des personnes qui pourraient venir faire visite à mes parents.

Scène 29 : exposé de l'esprit humain; paysage une journée où les pluies font appréhender des inondations  (situation moqueuse, lisse)

Cet espoir se dissipait
Sans doute identité humaine
L'esprit humain lui inspirait une invincible terreur
De plus cependant
Et ces reliquaires venus d'Italie
Où l'on voyait sous la vitre des fragments d'os avec des devises latines au milieu d'enroulements de papier doré

L'esprit humain a déjà écrit trois fois
Comme aujourd'hui
D'allumer le feu
D'arranger tout
Qu'il viendrait une dame

Désormais
Ce bonheur dans le crime, c'est une stupéfaction, et voilà vingt ans que je ne reviens pas de cette stupéfaction-là

Mes regards s'arrêtant à ses cheveux blonds, à ses yeux bleus, à l'attache de son cou et omettant les traits qui eussent pu me rappeler d'autres visages, je m'écriais devant ce croquis volontairement incomplet (un jour où les pluies font appréhender des inondations)…