(Situation de l'humain: l'humain, il est vrai, prétendait que chaque fois que je me liais avec un de mes camarades plus qu'avec les autres et que je l'amenais chez nous, c'était toujours un juif, ce qui ne lui eût pas déplu en principe - même son a«ni humain était d'origine juive - s'il n'avait trouvé que ce n'était pas d'habitude parmi les meilleurs que je le choisissais)

L'humain semble ivre, il hocquète, hésite, prend son temps, titube, se tient la tête, etc. Quand la scène s'éclaire, il est sur scène, avachi, se relève difficilement, rôde sur le plateau tourne autour des miroirs. Sa voix est pâteuse. Musique : om mani padme hum mais sur un rythme ralenti.

Acte dédié à la personne humaine, Scène 15 : monologue de l'humain (grave, sublime)

Disons
L'identité avait visé au cœur et avait touché juste
Je la jetais partout
Le chemin
Montait en pente raide vers les champs
Quelques coquelicots perdus
Quelques bluets restés paresseusement en arrière
Qui le décoraient çà et là de leurs fleurs comme la bordure d'une tapisserie où apparaît clairsemé le motif agreste qui triomphera sur le panneau
L'humain n'est qu'un mauvais roman
Se considérant comme mort
Il attendit bravement et avec une inquiète curiosité le réveil de son ennemie
L'humain butait contre les pierres
Contre les racines
Comme un homme ivre
L'humain avait ajourné cette réfection à l'année prochaine
Alors se baissant pour mieux voir
Il commença à faire le tour de la guillotine
Est-ce qu'elle est déjà partie

(comme cet escroc érudit qui employait à fabriquer de faux palimpsestes un labeur et une science dont la centième partie eût suffi à lui assurer une situation plus lucrative, mais honorable)