La scène est religieuse, extatique presque, la lumière est un faisceau doré qui tombe du plafond comme dans les tableaux baroques. Après avoir mis son masque, le cœur humain avance avec compoction, mains croisées en prière pour se placer dans le faisceau de lumière et dire très lentement son texte comme s'il avait une révélation. La musique est évidemment un chœur de religieuses.

(Situation du coeur humain: mettait la sainte douceur et l'onction de notre servante un peu moins en lumière qu'il n'eût fait, au dîner du lendemain, par sa peau brodée d'or comme une chasuble et son jus précieux égoutté d'un ciboire)

Acte dédié à l'esprit humain, Scène 12 : monologue du coeur humain (énigmatique, expressif)

Le coeur humain surprendra Alphonse de Chateaubriand
Les hommes n'en finissent jamais de se jeter dans les mêmes situations
L'âme le fils de sa meilleure amie
Puis
À quelques pas
Il aperçut des palmiers chargés de dattes
C'était elle, et ce pouvait bien n'être pas elle
Le coeur humain me fait gagner
Pourquoi
Elle était si supérieure, que c'en était presque humiliant
En sorte que une fois lequel
Des yeux qui paraissent regarder
Tout à la fois en dedans et refléter l'âme de ceux qu'ils contemplent
Ce n'était qu'alors
Quand je les lisais dans son œuvre
Que je pouvais en jouir.