5090729_masque_africain_masques_de_collecte_congo

 

Le personnage vient du fond de la scène sur une musique de tambours africains. Il avance en dansant sur ce rythme auquel il adapte ses paroles qu'il chante. Il sort de même. Sa voix s'éteint dans la distance.

(Situation: demande vivement l'âme avec un zèle de linguiste plus encore qu'une curiosité de badaud)

Acte du soleil, Scène 26 : un personnage (des cils noirs très fins très longs)

Ces plaisirs impersonnels et solitaires de l'observateur, que j'ai toujours mis au-dessus de tous les autres, j'allais pouvoir me les donner en plein, dans ce coin de campagne, en ce vieux château isolé, où, comme médecin, je pouvais venir quand il me plairait
L'humain n'imagine pas que l'amour puisse disparaître
Dieu sait combien de temps j'aurais été dupe, moi-même, de cette réputation, si, un jour, plus d'un an après la disparition de l'humain, je n'avais été appelé, en termes pressants, au château, dont la châtelaine était malade
L'identité. L'être . D'autre part
C'est bien, monsieur, dit elle, je suis à vos ordres
En reconnaissant un de ses symptômes, nous nous rappelons, nous faisons renaître les autres
S'écriait ma tante
L'identité
Chaque chose est
Mais alors. Par conséquent. Disons
Ma grand'mère aurait cru mesquin de trop s'occuper de la solidité d'une boiserie où se distinguait encore une fleurette, un sourire, quelquefois une belle imagination du passé
Cette idée ne m'était pas venue à moi, si elle lui était venue à elle, en cet instant de mon histoire
L'esprit humain. La nature humaine. C'est la nature humaine
Les maladies d'un personnage ne sont ni imaginaires ni réelles il est "désir" de maladie.