(Situation de la nature humaine: cet amour pour une phrase musicale sembla un instant devoir amorcer chez la nature humaine la possibilité d'une sorte de rajeunissement)

Fonctionne comme un pastiche, c'est un texte ironique, la nature humaine se moque d'elle-même. Elle va d'un miroir à l'autre d'une démarche très affectée, presque ridicule, très maniérée; elle semble un peu folle (à tous les sens du terme). La musique (musique arabe populaire) joue avec les paroles de la nature humaine.

Acte dédié au mordillement humain, Scène 15: exhortation de la nature humaine (revient avec une serviette de toilette, elle répète en se moquant)

La nature humaine avait pour le poète
Chez qui
Malgré tout
L'instinct poétique veillait sans cesse
Il y avait de l'intérêt à voir
À toucher du doigt
Dans le silence et dans l'ombre
Le sinistre échafaudage dont l'image sanglante devait
À l'heure qu'il était
Se présenter à bien des esprits
Ajouta-t-il
Avec éclat
Et en riant de son rire le plus cynique
Il faut  qu'il y ait quelque enfant de malade
La nature humaine regardait
Bordant là-bas le petit sentier
Les peupliers jaunis dont il apercevait
Sans l'entendre
Le frémissement
La nature humaine songeait à la fatalité qui s'était appesantie sur Jules Barbey d'Aurevilly
Oui
C'était dès le même jour un scandale pour tout Paris
Chère cousine
Dit-elle après avoir embrassé la nature humaine
J'arrive dans un mauvais moment
Je le vois
La nature humaine ramena vivement sa main à lui
Et regarda: deux yeux brillaient d'un feu terne au fond de cette cavité
Considérable

(n'est-ce pas votre neveu?)