_me_humaine

Musique : le bolero, Ravel. L'âme entre en scène en tournant sur elle-même comme un derviche et reste à tourner pendant toute la durée de la scène. À la fin elle s'effondre au sol. Le texte est dit par une voix off de femme.

(Situation de l'âme: n'osant pas trop tourner les yeux de son côté de peur d'avoir à lui parler, j'allai embrasser mon oncle. Le cercle du soleil tournait à tout instant)

Acte dédié à l'humain, Scène 3 : monologue de l'âme (le cercle intrigué, passionné)

Quelquefois survenait une averse
Les fantasmes
L'être  vit dans une certaine indifférence aux réalités sensibles du monde
L'âme devina sans doute que son ami penserait qu'elle n'avait dit ces mots que pour la provoquer à lui répondre par certains autres
Qu'elle avait en effet le désir d'entendre
Mais que par discrétion elle voulait lui laisser l'initiative de prononcer
Se rappelant le chiffre de huit convives
Fit-elle impérieusement
"C'est galant de nous laisser ainsi seules, nous autres pauvres femmes…"
N'importe qui en sorte que de sorte que
Comment
L'instinct humain ne tenait pas sur ses jambes

(le cercle renversé du soleil tourne perpétuellement l'âme et ma mère restèrent seuls, et s'assirent un instant).