18 avril 2013

Scène 21

Untel semble une personnalité double, tantôt il parle comme s'il s'adressait au public, tantôt comme s'il ne s'adressait qu'à lui-même, il se sert des miroirs comme de surfaces d'apparitions de ces divers personnages, il est un et multiple. Quand la lumière arrive, il est déjà sur scène où il se dépalce lentement sur "Un grand sommeil noir" d'Edgar Varèse (version pour orchestre) (Situation: mes parents m'ayant dit que quand j'irais pour la première fois au théâtre j'aurais à choisir entre deux pièces, cherchant à approfondir... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 avril 2013

Scène 5

Argument:  par un matin sans nuages. L'identité me pinçait le bras avec violence et disait d'une voix forte. Lidentité humaine est dans un récit épique comme si elle racontait une saga, donc voix forte, rythme souligné, ton mélodramatique, emphase presque d'orateur début du vingtième siècle. Musique, Pierre Schaeffer, Prospopée. Scène 5 : sermon de l'identité  (boudeuse, absurde) Il fallait Certes Qu'elle l'aimât Et l'aimât étrangement Pour faire ce qu'elle faisait Pour avoir tout planté là d'une existence... [Lire la suite]