17 janvier 2013

Scène 14

Pendant cette scène on ne voit pas vraiment le cœur humain, on l'aperçoit vaguement éclairé en fond de scène. il est assis en position de lotus, semble pris dans un songe intérieur, presque absent. Le texte est dit comme un dialogue, une partie par l'acteur en scène, une autre en voix off par une machine. Les deux peuvent aussi, par moments se reprendre en écho. Pas de musique ici, le silence d'abord, à la limité du pesant, puis la parole, puis le silence avant disparition lente de la lumière. Argument:  de lourds nuages dorés,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 janvier 2013

Scène 5

La nature humaine marche de long en large, très excitée et débite le texte sur un rythme très rapide, très haché comme si elle ruminait quelque chose, elle parle plutôt fort. Musique de fanfare amateur (on peut conserver les bruits de foule). Argument: sous un ciel morose. Mille petits détails inutiles me donnaient, comme un livre où on s'émerveille de rencontrer le nom d'une personne de connaissance, le plaisir de comprendre que c'était bien des tiges de vrais tilleuls, comme ceux que je voyais avenue de la Gare, modifiées,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 janvier 2013

Scène 30

L'esprit humain est suivi par le faisceau d'un projecteur. Il avance, s'arrête pour réfléchir, parle, s'arrête, avance, etc. Il fait durer son texte sur la musique lente de la sonate pour violon en rémajeur de Guillaume Lekeu. Argument:  une lave de lumière déborde les bâtiments. Ne pouvant émettre ces regards volontaires, chargés d'une signification précise, qu'on adresse à quelqu'un qu'on connaît, mais seulement laisser ses pensées distraites s'échapper incessamment devant elle, elle ne voulait pas qu'il pût paraître dédaigner... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,