05 août 2013

scène 17

Improvisation complète tant pour la mise en scène que pour la musique. (Situation de l'humain: ne prononcez jamais son nom devant moi ! Un matin où le ciel est gris) Acte dédié à la personne humaine, Scène 17 : monologue de l'humain (paisible, reprenant délicatement la tasse) Mais son effroi fut d'autant plus violent Que son ignorance lui fit supposer tous les malheurs ensemble C'est que tout l'argent que Marcel Proust gagnait passait en livres Nature humaine s'y mouvait et elle y vivait comme le plus flexible des poissons vit et... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 juillet 2013

Scène 7

L'humain se promène sur scène comme s'il était accompagné par une personne avec laquelle il discuterait, il prend son temps, fait des pauses, semblé réfléchir où dialoguer avec une personne absente. Musique : Chet Baker. (Situation de l'humain: n'importe, le dimanche il y a toujours des sociétés qui viennent pour admirer la beauté du panorama et qui s'en retournent enchantées) Acte dédié à la nature humaine, Scène 7 : aparté de l'humain (avec un sourire calme, réalisant tout à coup et tendant très maladroitement la serviette) ... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
22 avril 2013

Scène 14

Argument:  il pleut. Je n'ai jamais rien à faire. L'humain parle de lui-même comme si c'était une personne autre, il semble rêveur, un peu désorienté, Il n'arrête pas de se coucher sur la scène puis de se relever, faire quelques pas, se coucher encore en changeant de position : sur le côté, sur le ventre, sur le dos, etc. Avant de quitter la scène, il se regarde dans un miroir et se salue. Musique : un blues de Robert Johnson. Scène 14 l'humain : (des yeux couleurs regard) L'humain aussi sentait qu'elle aurait aimé... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 avril 2013

Scène 7

(Situation de l'humain: après coup, il s'en amusait, car il y avait en lui, rachetée par de rares délicatesses, une certaine muflerie) L'humain est rêveur, amoureux, contemple des étoiles et une lune imaginaire, il adopte un ton lyrique, ampoulé comme s'il chantait un air d'opéra. Il ne chante pas pourtant mais sa voix est modulée à la limite du chant. Musique japonaise traditionnelle. Acte dédié à l'âme, Scène 7 : monologue de l'humain (inquiet, aux autres, de vastes yeux en amandes) Au nom du diable L'humain souffrait d'avoir... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 mars 2013

Scène 17

  l'humain se plonge dans une méditation que pourrait troubler tout mouvement, il semble absent au monde, enfermé dans ses pensées ou ses rêves, parle très lentement comme s'il pesait tous ses mots. SergeI Bortkiewicz, Lamentations et consolations pour piano. Argument:  alors qu'une méchante averse tombe l'humain s'extasie sur La chapelle d'Angilon ou Aubigny sur Nère, mais Chateaubriand, chez qui le nom de Paul Arène empêche l'anesthésie complète des facultés auditives et s'indigne déjà. Scène 17 : monologue de l'humain... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 mars 2013

Scène 29

          Quand la lumière revient, l'humain, masqué, est sur scène sur une chaise longue couché, il se redresse et s'assied, regarde rêveusement le public comme s'il se demandait ce qu'il fait là. Il commence à parler avant d'être visible et continue sur un rythme très lent, rêveur. Musique: Rossini "Una voce poco fa". (Situation de l'humain: l'humain resta cette nuit-là dans ma chambre) Acte dédié à l'esprit humain, Scène 29 : monologue de l'humain (criant en direction d'humain, ardant) Quelqu'un... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 janvier 2013

Scène 11

L'humain est face au portique des masques, prend le masque africain Igbo, se retourne et tout en marchant lentement vers la salle, l'ajuste comme s'il le gênait. Il raconte une histoire au public d'un air très sérieux: cette histoire est très importante et il faut que le public en ait conscience, c'est presque un récit fondateur. Musique d'Edgar Varèse, Un grand soleil noir. Argument:  le jour où personne humaine s'est mariée. L'humain, qu'est-ce que l'on me disait qu'il y a un artiste qui a installé son chevalet dans votre... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 décembre 2012

Scène 23

L'humain vient du fond de la scène, dans la pénombre, il porte un masque quelconque, va au portique des masques et revêt le masque africain igbo. Il semble fatigué, épuisé comme s'il portait toute la misère du monde, attend avant de commencer à parler, on dirait qu'il se parle à lui-même, avance très lentement vers un des miroirs, écoute la musique, dit son texte en ne respectant pas les coupes syntaxiques ce qui le rend encore plus confus. Lamento dela Ninfa de Monteverdi. (Situation de l'humain: l'humain pensa que je suivais en... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
20 décembre 2012

Scène 28

Improvisation totale, l'acteur fait ce qu'il veut de façon à ne jamais jouer cette scène deux fois de la même manière. Musique: Étude aux Chemins de fer de Pierre Schaeffer. La musique commence bien avant l'entrée de l'acteur sur scène. (Situation de l'humain: ce qui dans ces meubles répondait à un besoin, comme c'était d'une façon à laquelle nous ne sommes plus habitués, le charmait comme les vieilles manières de dire où nous voyons une métaphore, effacée, dans notre moderne langage, par l'usure de l'habitude) Acte dédié... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 décembre 2012

Scène 4

Toute la scène, l'humain est devant le portique des masques tournant le dos au public, il semble hésiter entre les masques puis, vers la fin, il revêt le masque africain igbo, se retourne lentement vers le public et va se contempler dans un miroir. Il est rêveur, on dirait qu'il raconte, lentement, très lentement, un rêve, la musique est aussi lente, nostalgique, par exemple "Requiem for a dream". Argument:  le soleil badigeonne de blanc tout un côté du paysage. Ce qui dans ces meubles répondait à un besoin, comme c'était d'une... [Lire la suite]