24 janvier 2014

Scène 9

(Situation de la nature humaine: n'est-ce pas votre neveu) La nature humaine entre et reste sur scène en dansant et chantant le texte sur un air si possible rythmé comme la tarentelle napolitaine.   Acte dédié à l'instinct humain, Scène 9 : monologue de la nature humaine (trouble, encore plus fort)   Et nature humaine continuait Toute réjouie de l'étonnement d'esprit humain La nature humaine était gourmande La nature humaine se pressait Tandis que Proust Jetant çà et là un regard de feu vers son maître Faisait des bonds... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 juin 2013

Scène 7

Argument:  le jour est élégant. Merci du cadeau, je ne tiens pas à recommencer. La nature humaine semble sortir de terre devant le public, il a un accent africain et dit son texte comme s'il faisait une leçon de philosophie: très pédant, presque comme s'il était sur une estrade à un meeting politique. La musique semble venir de très loin comme si l'enregistrement avait des ratées, tantôt forte, tantôt faible, tantôt à une vitesse anormale. Scène 7 : plaidoyer de la nature humaine (la journée est stylée parsemée de taches de... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 février 2013

Scène 13

La nature humaine est en plein délire. Elle est calme mais, ne sait pas vraiment ce qu'elle dit, ses gestes sont incohérent, son débit haché, on ne sait trop si elle rêve, se raconte une histoire ou tourne dans sa tête quelque chose comme des mirages. Ses paroles s'entrecoupent avec la chanson "Les larmes de la vie" au point qu'elles semblent parfois venir de son propre texte. Argument: une nuit où les étoiles semblent proches(à portée de main). Chateaubriand frémit et se lève. Scène 13 : plaidoyer de la nature humaine (une nuit... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 janvier 2013

Scène 8

Argument: non plus appliquée à la pierre comme ces petits anges, mais détachée du porche, d'une stature plus qu'humaine, debout sur un socle comme sur un tabouret qui lui évitât de poser ses pieds sur le sol humide sous un ciel bas. La nature humaine mime un violoniste et parcourt la scène comme un musicien tzigane dans un cabaret, se regardant dans les miroirs, feignant de se pencher sur une table et de jouer pour un client. Il imite un accent étranger, roule les "r", adopte un ton affecté, cérémonieux, presque obséquieux. Musique :... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
15 janvier 2013

Scène 5

La nature humaine marche de long en large, très excitée et débite le texte sur un rythme très rapide, très haché comme si elle ruminait quelque chose, elle parle plutôt fort. Musique de fanfare amateur (on peut conserver les bruits de foule). Argument: sous un ciel morose. Mille petits détails inutiles me donnaient, comme un livre où on s'émerveille de rencontrer le nom d'une personne de connaissance, le plaisir de comprendre que c'était bien des tiges de vrais tilleuls, comme ceux que je voyais avenue de la Gare, modifiées,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 décembre 2012

Scène 15

(Situation de la nature humaine: cet amour pour une phrase musicale sembla un instant devoir amorcer chez la nature humaine la possibilité d'une sorte de rajeunissement) Fonctionne comme un pastiche, c'est un texte ironique, la nature humaine se moque d'elle-même. Elle va d'un miroir à l'autre d'une démarche très affectée, presque ridicule, très maniérée; elle semble un peu folle (à tous les sens du terme). La musique (musique arabe populaire) joue avec les paroles de la nature humaine. Acte dédié au mordillement humain, Scène 15:... [Lire la suite]

17 novembre 2012

Scène 12

La nature humaine, masquée, arriven en rampant sur scène dans une lumière qui s'éclaire lentement mais reste toujours assez faible. Elle a du mal à parler comme si sa reptation l'essouflait, elle découpe le texte en fragments comme si elle mêlait plusieurs histoires qui remontaient dispersées dans sa mémoire. Elle n'a pas l'air sûre d'elle. À la fin, elle semble s'endormir sur scène. Le noir se fait. Musique indienne lente, par exemple au sitar . (Situation de la nature humaine: la nature humaine souffrant de songer, au moment... [Lire la suite]
29 octobre 2012

Scène 3

La nature humaine masquée entre en scène le masque de l'être avec lequel elle semble dialoguer. Attitude très théâtrale, cabotine même, gestes très poseurs. Il est à noter que pour l'ensemble des performances est diffusée en fond sonore une musique très mélopée (une psalmodoe bouddhique par exemple) sur laquelle se surimpose la musique particulière de chaque scène particulière si la scène en question en a une. (Situation de la nature humaine: mes promenades de cet automne-là furent d'autant plus agréables que je les faisais après de... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 octobre 2012

Scène 8

Suivre les indications scéniques de l'argument: la scène s'éclaire sur la nature humaine debout sur un socle, masque M'bunda du Congo. Elle semble inspirée par une puissance surnaturelle, très pontifiante, diction lente, solennelle. Pour le reste, tout est possible. (Argument: non plus appliquée à la pierre comme de petits anges, mais détachée du porche, d'une stature plus qu'humaine, debout sur un socle comme sur un tabouret qui lui évitât de poser ses pieds sur le sol humide sous un ciel bas. Scène 8 : monologue de la nature... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
30 septembre 2012

Scène 1

La nature humaine (masque M'bunda) émerge masquée du fond de la scène, s'avance très lentement, comme hésitante, semble se parler à elle-même. (Situation de la nature humaine: la nature humaine les agace un peu, et ils ne tiennent pas à se faire des amis) Acte dédié au coeur humain, Scène 1 : monologue de la nature humaine (se méprenant, de vastes yeux en amandes) On n'avoue pas qu'on ne connaît pas la sonate d'Alexandre Dumas On n'a pas le droit de ne pas la connaître En réalité nous prenions un certain plaisir à ce jeu Étant... [Lire la suite]