27 novembre 2012

Scène 15

(Situation de l'humain: l'humain, il est vrai, prétendait que chaque fois que je me liais avec un de mes camarades plus qu'avec les autres et que je l'amenais chez nous, c'était toujours un juif, ce qui ne lui eût pas déplu en principe - même son a«ni humain était d'origine juive - s'il n'avait trouvé que ce n'était pas d'habitude parmi les meilleurs que je le choisissais) L'humain semble ivre, il hocquète, hésite, prend son temps, titube, se tient la tête, etc. Quand la scène s'éclaire, il est sur scène, avachi, se relève... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 novembre 2012

Scène 29

Personnage triple. Chaque paragraphe est dit sur un ton différent: le premier rêveur, le second rageur, le troisième étonné comme si ces trois personnages se combattaient. C'est ainsi qu'il fait semblant d'ôter son masque mais ne révèle jamais son vrai visage de comédien. Musique, quelque comme comme celle du kaos club répétée avec des effets d'échos superposés. Argument:  un jour où les pluies font appréhender des inondations. Ne voulant pas renoncer à sa lecture, va du moins la continuer au jardin et se croit caché aux... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 novembre 2012

Scène 8

Le mal humain entre en scène à reculons alors que l'éclairage monte progressivement. Avant de prendre son masque sur le portique des masques, il ne dit que la première ligne, très lentement, très langoureusement, la voix est chaude, sensuelle, presque érotique. Ensuite il se retourne, revient en dansant vers le devant de la scène, danse tout au long de sa performance. Son rythme est celui d'une valse. La musique pourrait être la "valse de Paris" de Johann Strauss. NB. Un spectacle peut-être aussi conçu en fonction des seuls... [Lire la suite]
22 novembre 2012

Scène 13

Argument:  le ciel est intense. Je sais bien que cela me serait très désagréable de voir mon nom imprimé tout vif comme cela dans le journal, et je ne serais pas flattée du tout qu'on m'en parlât. Le ton général est celui de la méditation, il doit s'en dégager une impression de réflexion philosophique profonde soulignée par le son d'un bol tibétain par exemple.   Scène 13 : monologue de l'humaine vacuité (regard , esquissant son départ) Il n'y a pas de sources d'information très certaines concernant l'humain projet... [Lire la suite]
21 novembre 2012

Scène 10

Lorsque la musique a commencé sur une scène obscure, la lumière revient, l'être est assis sur la scène et tient dans la main le masque de l'identité humaine à laquelle il parle comme si c'était un personnage auquel il racontait une histoire amusante. Le performer peut découper le texte comme bon lui semble. La musique pourrait être celle des opus 19 et 33 des Sechs Kliene Klavierstücke de Schönberg. (Situation de l'être : mes efforts inquiets et mécontents étaient eux-mêmes une marque d'amour, d'amour sans plaisir mais profond) Acte... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
19 novembre 2012

Scène 17

Parle comme un aliéné, change de ton, de l'hystérie à l'accablement et cela très vite. Essaie même de chanter un ou deux mots comme "l'esprit humain" ou "la nature humaine". Semble très agité, comme habité par un démon intérieur. Peut même être en transe. Le son pourrait être celui d'un piano préparé. (Situation de l'humain: je sais pas) Acte dédié à l'être , Scène 17 : monologue de l'humain (désignant Souvigny en Sologne à l'esprit humain, superficiel) Elle la plaignait profondément L'humain est un être agréable et consciencieux... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 novembre 2012

Scène 12

La nature humaine, masquée, arriven en rampant sur scène dans une lumière qui s'éclaire lentement mais reste toujours assez faible. Elle a du mal à parler comme si sa reptation l'essouflait, elle découpe le texte en fragments comme si elle mêlait plusieurs histoires qui remontaient dispersées dans sa mémoire. Elle n'a pas l'air sûre d'elle. À la fin, elle semble s'endormir sur scène. Le noir se fait. Musique indienne lente, par exemple au sitar . (Situation de la nature humaine: la nature humaine souffrant de songer, au moment... [Lire la suite]
16 novembre 2012

Scène 3

Lorsque la lumière s'allume (entre chaque scène la lumière doit s'éteindre sur scène pour marquer les coupes), le performer est devant le portique des masques et revêt celui de la passion humaine puis il se promène entre les miroirs comme s'il se regardait pour mieux réfléchir. il dit son monologue d'un ton très inspiré, très réflexif, concentré. La musique pourrait être un blues lent comme "Muddy Waters, Mississipi data blues" . (Situation de la tendresse humaine: l'acte si simple que nous appelons «voir une personne que nous... [Lire la suite]
15 novembre 2012

Scène 29

Le cœur humain est amoureux et cela se sent. Argument:  une journée où les pluies font appréhender des inondations. Si je l'avais acheté à le Nottingham, en l'apercevant devant l'épicerie d'Alphonse de Chateaubriand, trop distante de la maison pour que le cœur humain pût s'y fournir comme chez Paul Arène, retenu par des ficelles dans la mosaïque des brochures et des livraisons, c'est que je l'avais reconnu pour m'avoir été cité comme un ouvrage remarquable par le professeur ou le camarade qui me paraissait à cette époque détenir... [Lire la suite]
14 novembre 2012

Scène 4

Une identité rêveuse regardant le ciel puis se regardant dans un des miroirs en pied. La phrase principale est "à quoi bon" qui doit être répétée en changeant de ton comme si c'était un acteur essayant de trouver comment la dire. (Situation de l'identité: à l'heure, qui vient pour moi maintenant, où les bois sont déjà noirs, où la nuit tombe vite, vous vous consolerez comme je fais en regardant du côté du ciel) Acte dédié au coeur humain, Scène 4 :exhortation de l'identité humaine (aristocratique, ironique) De même où… nous mais... [Lire la suite]