31 octobre 2012

Scène 3

L'identité humaine regarde longuement l'écran où s'est, comme toujours, affichée la "situation". Cette phrase semble lui poser un problème. Elle repart en coulisse et revient avec un livre en main dans lequel elle semble lire à voix haute mais comme si elle déchiffrait un texte très impénétrable. (Situation de l'identité: l'identité prétend qu'elle n'aime pas les fruits parce qu'elle en mange moins que Chateaubriand) Acte dédié à l'identité, Scène 3 : monologue de l'identité (poupine, embrassant son identité chaleureusement) ... [Lire la suite]

30 octobre 2012

Scène 6

La scène s'ouvre sur le masque de l'âme posé sur un baton au milieu de la scène. L'âme parle en coulisse. La voix s'approche comme si le personnage allait venir sur scène puis s'éloigne comme s'il disparaissait. Les indications de scène permettent soit de jouer un ensemble de même scène, soit d'afficher un tirage aléatoire, soit de jouer une séquence ordonnée de scènes. Argument:  matin très sombre. Non je ne veux pas, je ne couche pas ici… Scène 6 : aparté de l'âme (matinée très sombre même jeu, donnant un coup au druide) ... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 octobre 2012

Scène 3

La nature humaine masquée entre en scène le masque de l'être avec lequel elle semble dialoguer. Attitude très théâtrale, cabotine même, gestes très poseurs. Il est à noter que pour l'ensemble des performances est diffusée en fond sonore une musique très mélopée (une psalmodoe bouddhique par exemple) sur laquelle se surimpose la musique particulière de chaque scène particulière si la scène en question en a une. (Situation de la nature humaine: mes promenades de cet automne-là furent d'autant plus agréables que je les faisais après de... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 octobre 2012

Scène 30

  L'émotion humaine apparaît d'un seul coup au milieu de la scène portant son masque, elle semble essouflée, parle de façon précipitée comme si elle s'adressait à quelqu'un qu'elle cherche. Pendant qu'elle parle monte lentement  des espèces de miaulements produiots par des humains comme des souffrances sourdes soulignés par des glissandos et pizzicati de guitare. (Situation de l'émotion humaine: la tendresse humaine prétend qu'il n'aime pas les fruits parce qu'il en mange moins que Jules Barbey d'Aurevilly une après-midi... [Lire la suite]
27 octobre 2012

Scène 6

La scène est obscure, un projecteur découpe soudain l'être devant le portique des masques. Il semble hésiter entre plusieurs qu'il prend et repose en prenant son temps. Une voix de synthèse dit lentement son texte (voix féminine si le performer est un homme, voix masculine si c'est une femme). L'être le répète après elle comme un élève qui apprend une récitation. Su "la fille noble", il met le masque de l'être et se retourne vers le public. Quand la voix de synthèse a terminé, il le récite sans mettre d'intonation. (Situation de... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 octobre 2012

Scène 4

Masque du sentiment humain. Les personnages peuvent être indiféremment revêtus d'une combinaison très moulante (style Frères Jacques) blanche ou noire. C'est à l'acteur de choisir aléatoirement. Très rêveur, comme s'il proférait des vérités premières, se regarde dans les miroirs et se déplace de l'un à l'autre comme s'il s'y contemplait. (Situation de l'attention humaine: le dimanche il y a toujours des sociétés qui viennent pour admirer la beauté du panorama et qui s'en retournent enchantées) Acte dédié au cœur humain, Scène 4 :... [Lire la suite]

25 octobre 2012

Scène 11

  L'être rentre par la gauche de la scène, il porte un masque eskimo d'Alaska (cf. ci-dessus). Il a l'air épuisé, marche péniblement, s'arrête souvent entre les mots comme pour souffler, ne regarde pas les spectateurs. Il met longtemps à finir son texte, puis courbé, comme accablé par le poids de ses paroles, il va accrocher son masque au portique des masques et disparaît. Argument:  il fait déjà sombre. Non je ne connais pas Proust, ne réveillez pas la grande douleur de ma vie. Scène 11 : aparté de l'être  (de... [Lire la suite]
24 octobre 2012

Scène 20

Le cœur humain entre en scène avec son masque aztèque de mort. Il tient dans la main droite un masque de guerrier et dans la gauche un masque de soleil. Il avance très lentement comme pour se cacher et chuchote à lma limite de l'audible mais, par moments, sa voix est reprise dans les haut-parleurs par une voix de synthèse qu'il écoute comme si c'était un écho. Jeu entre les deux voix alors que la lumière monte jusqu'à l'éblouissement (on pourrait même envoyer un projecteur dans les yeux des spectateurs au moment où le cœur humain se... [Lire la suite]
23 octobre 2012

Scène 13

  Un projecteur découpe la tendresse humaine devant le portique des masques, il choisit le masque amérindien du soleil. Dès qu'il se retourne, la lumière s'éteint. L'éclairage devient alors stéréoscopique découpant dans l'espace le personnage qui danse frénétiquement en disant le texte de façon hachée, presque souffrante, avec un souffle très fort. À la fin il disparaît dans le noir comme s'il s'évanouissait. Sur cette scène, il peut y avoir un accompagnement de musique, par exemple des tambours du Bénin. (Situation de la... [Lire la suite]
22 octobre 2012

Scène 8

L'action dépend de la scène qui précède, donc de l'aléatoire puisque un spectacle se compose d'un certain nombre de scènes tirées aléatoirement en direct (sur l'écran, une roue choisit une boule au hasard), si elle est précéde d'une autre scène de l'âme, celle-ci reste en scène et continue le même jeu. Sinon, l'acteur rentre de dos, va se masquer au portique, marche de long en large comme si quelque chose l'inquiétait. (Situation de l'âme: quand elle avait à faire à quelqu'un un cadeau, quand elle avait à donner un fauteuil, des... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,