20 mars 2013

Scène 29

          Quand la lumière revient, l'humain, masqué, est sur scène sur une chaise longue couché, il se redresse et s'assied, regarde rêveusement le public comme s'il se demandait ce qu'il fait là. Il commence à parler avant d'être visible et continue sur un rythme très lent, rêveur. Musique: Rossini "Una voce poco fa". (Situation de l'humain: l'humain resta cette nuit-là dans ma chambre) Acte dédié à l'esprit humain, Scène 29 : monologue de l'humain (criant en direction d'humain, ardant) Quelqu'un... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 février 2013

Scène 29

Lorsque la lumière revient, très progressivement avec la montée de la musique, on découvre l'être assis en position de lotus devant un des miroirs, on dirait qu'il rapporte une conversation à laquelle il a asssité et dans laquelle il n'est pas impliqué. À la fin fondu au noir et musique partant lentement. Musique : Philippe Manoury, Zeitlauf (fragment) Argument:  ciel turquoise. Ne croyez-vous pas que si vous vous secouiez un peu par un beau temps. Scène 29 : discours de l'être  (couperosé, applaudissant) En... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 novembre 2012

Scène 29

Personnage triple. Chaque paragraphe est dit sur un ton différent: le premier rêveur, le second rageur, le troisième étonné comme si ces trois personnages se combattaient. C'est ainsi qu'il fait semblant d'ôter son masque mais ne révèle jamais son vrai visage de comédien. Musique, quelque comme comme celle du kaos club répétée avec des effets d'échos superposés. Argument:  un jour où les pluies font appréhender des inondations. Ne voulant pas renoncer à sa lecture, va du moins la continuer au jardin et se croit caché aux... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 novembre 2012

Scène 29

Le cœur humain est amoureux et cela se sent. Argument:  une journée où les pluies font appréhender des inondations. Si je l'avais acheté à le Nottingham, en l'apercevant devant l'épicerie d'Alphonse de Chateaubriand, trop distante de la maison pour que le cœur humain pût s'y fournir comme chez Paul Arène, retenu par des ficelles dans la mosaïque des brochures et des livraisons, c'est que je l'avais reconnu pour m'avoir été cité comme un ouvrage remarquable par le professeur ou le camarade qui me paraissait à cette époque détenir... [Lire la suite]