13 janvier 2013

Scène 30

L'esprit humain est suivi par le faisceau d'un projecteur. Il avance, s'arrête pour réfléchir, parle, s'arrête, avance, etc. Il fait durer son texte sur la musique lente de la sonate pour violon en rémajeur de Guillaume Lekeu. Argument:  une lave de lumière déborde les bâtiments. Ne pouvant émettre ces regards volontaires, chargés d'une signification précise, qu'on adresse à quelqu'un qu'on connaît, mais seulement laisser ses pensées distraites s'échapper incessamment devant elle, elle ne voulait pas qu'il pût paraître dédaigner... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 octobre 2012

Scène 30

  L'émotion humaine apparaît d'un seul coup au milieu de la scène portant son masque, elle semble essouflée, parle de façon précipitée comme si elle s'adressait à quelqu'un qu'elle cherche. Pendant qu'elle parle monte lentement  des espèces de miaulements produiots par des humains comme des souffrances sourdes soulignés par des glissandos et pizzicati de guitare. (Situation de l'émotion humaine: la tendresse humaine prétend qu'il n'aime pas les fruits parce qu'il en mange moins que Jules Barbey d'Aurevilly une après-midi... [Lire la suite]
20 octobre 2012

Scène 30

Un projecteur va chercher l'esprit humain masqué (alors que le même masque blanc est encore sur le portique des masques) assis sur un plian devant un miroir comme s'il se regardait. Il commence son texte en dégustant chaque mot, puis se lève et disparaît en coulisse en continuant à parler. Il revient avec une serviette blanche autour du cou, s'avance vers les spectateurs et s'essuie soigneusement le visage. La lumière disparaissant l'efface lentement. Argument: une lave de lumière déborde les bâtiments. Ne pouvant émettre ces... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 octobre 2012

Scène 30

La scène est sans lumière. L'identité humaine parle dans le noir et quand la lumière revient progressivement, elle est allongée par terre comme sur une pelouse, rêveuse semblant parler à son sandwich. C'est un monologue intérieur plutôt nostalgique, très lent. Elle se lève sur la dernière ligne et s'en va dans le fond obscur de la scène. (Situation de l'identité humaine: l'identité humaine haussait les épaules et examinait le baromètre, car elle aimait la météorologie, pendant que ma mère, évitant de faire du bruit pour ne pas la... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 06:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,