25 juillet 2013

Scène 21

Il semblerait que la personne humaine ait assimilé son masque, elle se comporte comme un chat, vient sur la scène très lentement avec une démarche féline, regarde à droite et à gauche comme si elle se méfiait de quelque chose, se lèche, dit le récit comme si elle rapportait une scène dont elle aurait été témoin. Tout est très lent. Duo des chats de Rossini. Argument:  quand le ciel est un chaos de nuages. La personne humaine a toujours le mot pour rigoler. Scène 21 : plaidoyer de la personne humaine (quand le ciel est un... [Lire la suite]

15 avril 2013

Scène 5

Argument:  par un matin sans nuages. L'identité me pinçait le bras avec violence et disait d'une voix forte. Lidentité humaine est dans un récit épique comme si elle racontait une saga, donc voix forte, rythme souligné, ton mélodramatique, emphase presque d'orateur début du vingtième siècle. Musique, Pierre Schaeffer, Prospopée. Scène 5 : sermon de l'identité  (boudeuse, absurde) Il fallait Certes Qu'elle l'aimât Et l'aimât étrangement Pour faire ce qu'elle faisait Pour avoir tout planté là d'une existence... [Lire la suite]
16 mars 2013

Scène 15

(Situation de l'esprit humain: néanmoins un peu émue de cette nouvelle, elle voulait en avoir le cœur net, l'esprit humain est mandé pendant que des éclairs zébrent l'horizon vide) L'esprit humain traverse deux ou trois fois, toujours de gauche à droite, à toute allure la scène sans rien dire. Il ne parle que durant son passage en coulisses, criant son texte comme s'il était furieux et injuriait quelqu'un. Musique, les premières mesures de la symphonie n° 5 de Beethoven. Acte dédié à la dépendance humaine, Scène 15 : monologue de... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 mars 2013

Scène 11

Il fait très sombre, l'être, masqué entre sur scèhe simplement éclairé par une grande bougie, il fait plusieurs tours sur la scène comme s'il accomplissait un rite ou faisait une procession, il parle très lentement d'un ton très mélodramatique, il y a dans cette "cérémonie" quelque chose d'un enterrement, aspect souligné par la musique d'Arvo Part. Argument:  il fait déjà sombre. Non je ne connais pas Proust, ne réveillez pas la grande douleur de ma vie. Scène 11 : aparté de l'être  (de grands yeux une décoloration... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
10 mars 2013

Scène 21

          L'âme masquée par le fond de la salle et ne commence à parler que lorsqu'elle est à quelques pas de la scène sur laquelle elle monte. Elle adopte un ton solennel, presque outré, pédant comme si elle annonçait une révélation très impofrtante. Puis elle s'en va lentement, sans se retourner, vers le fond de la scène où elle disparaît (Bach, suite en ré) (Situation de l'âme: je sais bien que cela me serait très désagréable de voir mon nom imprimé tout vif comme cela dans le journal, et je ne... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
07 mars 2013

Scène 26

  La considération humaine portant le masque punu entre sur scène très lentement dans la pénombre, on ne voit presque que son visage très blanc suivi par un projecteur assez faible. Il semble triste, accablé, fatigué comme s'il portait un poids extrèmement lourd sur les épaules. Musique, le début du requiem de Brahms. Argument:  sous un ciel de plomb. L'émotion humaine: qu'est-ce que l'on me dit qu'il y a un artiste qui a installé son chevalet dans votre église pour copier un vitrail. Scène 26 : monologue de la... [Lire la suite]

13 janvier 2013

Scène 30

L'esprit humain est suivi par le faisceau d'un projecteur. Il avance, s'arrête pour réfléchir, parle, s'arrête, avance, etc. Il fait durer son texte sur la musique lente de la sonate pour violon en rémajeur de Guillaume Lekeu. Argument:  une lave de lumière déborde les bâtiments. Ne pouvant émettre ces regards volontaires, chargés d'une signification précise, qu'on adresse à quelqu'un qu'on connaît, mais seulement laisser ses pensées distraites s'échapper incessamment devant elle, elle ne voulait pas qu'il pût paraître dédaigner... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 décembre 2012

Scène 11

L'attention humaine masquée va traverser la scène de gauche à droite, très lentement, allant d'un miroir à l'autre, y jetant des regards distraits, regardant le ciel ou le fond de la salle. Elle est rêveuse comme si elle évoquait un rêve ou des souvenirs très lointains. La scène est très lente et se déroule sur Failing de Tom Johnson (sans les commentaires). Argument:  par une nuit froide aux étoiles brillantes. L'attention humaine qui ne l'avait pas vu depuis longtemps était accouru auprès de lui dans la propriété que les... [Lire la suite]
21 décembre 2012

Scène 8

  L'exposé humain est un masque posé sur un pied sur la scène pendant l'obscurité et enlevé à la fin dans l'obscurité. Le texte est dit par une voix de synthèse féminine avec un effet d'écho. Dans l'idéal, le son devrait provenir du fond de la salle, derrière le public. Musique : didgeridoo. (Situation du ciel humain: n'osant pas trop tourner les yeux de son côté de peur d'avoir à lui parler, j'allai embrasser mon oncle) Acte dédié au coeur humain, Scène 8 : exposé de l'exposé humain  (encore plus fort, des... [Lire la suite]
14 décembre 2012

Scène 4

Toute la scène, l'humain est devant le portique des masques tournant le dos au public, il semble hésiter entre les masques puis, vers la fin, il revêt le masque africain igbo, se retourne lentement vers le public et va se contempler dans un miroir. Il est rêveur, on dirait qu'il raconte, lentement, très lentement, un rêve, la musique est aussi lente, nostalgique, par exemple "Requiem for a dream". Argument:  le soleil badigeonne de blanc tout un côté du paysage. Ce qui dans ces meubles répondait à un besoin, comme c'était d'une... [Lire la suite]