10 octobre 2012

Scène 7

Un canapé est sur un le côté droit de la scène. Lorsque s'affiche le commentaire d'ouverture, un projecteur éclaire le canapé sur lequel Unetelle est vautrée, elle porte un masque dogon do marka, tient un très long porte-cigarette avec une cigarette allumée, elle dit le poème comme si c'était un souvenir des plus agréables qu'elle tient à déguster lentement. (Situation d’unetelle: n'étant pas seulement dans l'église, si sainte, mais où nous avions le droit d'entrer, posées sur l'autel même, inséparables des mystères à la célébration... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 octobre 2012

Scène 11

L'esprit humain, masque de l'esprit humain, tient dans sa main droite un buste de Barbey d'Aurevilly, dans la gauche un de Dumas. Ils s'adresse à eux. Comme dans la plupart des cas, la scène est obscure, seul l'esprit humain est éclairé de façon très directionnelle. Il parle très lentement et s'échauffe peu à peu. Sur la dernière réplique, il crie. (Situation de l'esprit humain: esprit humain s'extasiait déjà sur l’ignorance, mais Barbey d'Aurevilly, chez qui le nom de Dumas - un littérateur - avait empêché l'anesthésie complète des... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
30 septembre 2012

Scène 1

La nature humaine (masque M'bunda) émerge masquée du fond de la scène, s'avance très lentement, comme hésitante, semble se parler à elle-même. (Situation de la nature humaine: la nature humaine les agace un peu, et ils ne tiennent pas à se faire des amis) Acte dédié au coeur humain, Scène 1 : monologue de la nature humaine (se méprenant, de vastes yeux en amandes) On n'avoue pas qu'on ne connaît pas la sonate d'Alexandre Dumas On n'a pas le droit de ne pas la connaître En réalité nous prenions un certain plaisir à ce jeu Étant... [Lire la suite]
29 septembre 2012

Scène 17

Deux personnages androgynes : l'instinct humain et l'âme, l'âme n'est visible que dans un miroir, l'instinct humain rôde dans une pénombre enfumée. Sur un écran, dans un ordre aléatoire, défilent, flous, lointains, des visages d'écrivains. La voix de l'instinct humain est très lente avec des effets d'écho. L'introduction provient d'une voix off. (Situation de l'instinct humain: mon corps, gardien fidèle d'un passé que mon esprit n'aurait jamais dû oublier, me rappelait la flamme de la veilleuse , la cheminée, dans ma chambre à... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,