21 mai 2013

Scène 20

(Situation de l'âme: l'âme avait précisément connu, ce qu'on n'aurait pu dire d'aucun de leurs amis actuels, la famille de ces âmes un jour où le vent qui se faufilepar l'entrebaîllement de la porte laisse dans la bouche comme un goût de cendre) Acte dédié à la maison humaine, Scène 20 : monologue de l'âme (un jour où le vent laisse dans la bouche comme un goût de cendre. Un très petit canapé occupe la scène avec une minuscule table de salon sur le côté, sur laquelle est posée un téléphone sans fil, l'âme prend place; musique: Emma... [Lire la suite]

01 avril 2013

Scène 27

    La rapidité humaine va et vient à toute allure sur le plateau, entrant d'un côté, sortant d'un autre, elle est très agitée mais ne parle que lorsqu'elle est sur la scène. Son débit est alors plutôt lent, oppressé comme si elle avait du mal à parler, elle semble souffrir. Chant chamanique. Argument:  par une douce matinée ensoleillée. Je crois qu'au fond il n'aime plus cette femme. Scène 27 : allocution de la rapidité humaine (mobile, tentant d'expliquer, en prenant multiplicité humaine par l'épaule) D'un pas... [Lire la suite]
25 mars 2013

Scène 18

L'esprit humain entre en scène tenant dans sa main droite le masque de la pensée humaine et, dans sa main gauche, celui de la passion humaine. Il joue avec eux comme si c'étaient de vrais personnages avec lesquels il dialogue, changeant de voix pour faire comme si c'était l'un ou l'autre qui parlait. Il se promène tranquillement sur la scène puis disparaît avec la lumière déclinante. Musique, la voix humaine de Poulenc. Argument:  le vent emplit l'espace de son poids redoutable. Quand elle avait à faire à quelqu'un un cadeau... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 janvier 2013

Scène 30

L'esprit humain est suivi par le faisceau d'un projecteur. Il avance, s'arrête pour réfléchir, parle, s'arrête, avance, etc. Il fait durer son texte sur la musique lente de la sonate pour violon en rémajeur de Guillaume Lekeu. Argument:  une lave de lumière déborde les bâtiments. Ne pouvant émettre ces regards volontaires, chargés d'une signification précise, qu'on adresse à quelqu'un qu'on connaît, mais seulement laisser ses pensées distraites s'échapper incessamment devant elle, elle ne voulait pas qu'il pût paraître dédaigner... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 décembre 2012

Scène 12

La scène est religieuse, extatique presque, la lumière est un faisceau doré qui tombe du plafond comme dans les tableaux baroques. Après avoir mis son masque, le cœur humain avance avec compoction, mains croisées en prière pour se placer dans le faisceau de lumière et dire très lentement son texte comme s'il avait une révélation. La musique est évidemment un chœur de religieuses. (Situation du coeur humain: mettait la sainte douceur et l'onction de notre servante un peu moins en lumière qu'il n'eût fait, au dîner du lendemain, par sa... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 novembre 2012

Scène 29

Le cœur humain est amoureux et cela se sent. Argument:  une journée où les pluies font appréhender des inondations. Si je l'avais acheté à le Nottingham, en l'apercevant devant l'épicerie d'Alphonse de Chateaubriand, trop distante de la maison pour que le cœur humain pût s'y fournir comme chez Paul Arène, retenu par des ficelles dans la mosaïque des brochures et des livraisons, c'est que je l'avais reconnu pour m'avoir été cité comme un ouvrage remarquable par le professeur ou le camarade qui me paraissait à cette époque détenir... [Lire la suite]

14 novembre 2012

Scène 4

Une identité rêveuse regardant le ciel puis se regardant dans un des miroirs en pied. La phrase principale est "à quoi bon" qui doit être répétée en changeant de ton comme si c'était un acteur essayant de trouver comment la dire. (Situation de l'identité: à l'heure, qui vient pour moi maintenant, où les bois sont déjà noirs, où la nuit tombe vite, vous vous consolerez comme je fais en regardant du côté du ciel) Acte dédié au coeur humain, Scène 4 :exhortation de l'identité humaine (aristocratique, ironique) De même où… nous mais... [Lire la suite]
10 novembre 2012

Scène 4

Le sentiment humain entre tenant devant son visage, à deux mains, un masque Yup'ik qui semble trop grand pour lui et qui l'embarasse. Il semble ne pas savoir que faire, va dans tous les sens comme s'il cherchait quelque chose. Il parle de façon décousue, sans tenir compte de la syntaxe. Il semble désorienté, perdu. Les musiques, les exemples de musique, ne sont donnés qu'à titre indicatif. Le performer peut adopter toutes sortes de stratégies dans l'accompagnement musical : une musique continue durant toute la représentation, le... [Lire la suite]
31 octobre 2012

Scène 3

L'identité humaine regarde longuement l'écran où s'est, comme toujours, affichée la "situation". Cette phrase semble lui poser un problème. Elle repart en coulisse et revient avec un livre en main dans lequel elle semble lire à voix haute mais comme si elle déchiffrait un texte très impénétrable. (Situation de l'identité: l'identité prétend qu'elle n'aime pas les fruits parce qu'elle en mange moins que Chateaubriand) Acte dédié à l'identité, Scène 3 : monologue de l'identité (poupine, embrassant son identité chaleureusement) ... [Lire la suite]
27 octobre 2012

Scène 6

La scène est obscure, un projecteur découpe soudain l'être devant le portique des masques. Il semble hésiter entre plusieurs qu'il prend et repose en prenant son temps. Une voix de synthèse dit lentement son texte (voix féminine si le performer est un homme, voix masculine si c'est une femme). L'être le répète après elle comme un élève qui apprend une récitation. Su "la fille noble", il met le masque de l'être et se retourne vers le public. Quand la voix de synthèse a terminé, il le récite sans mettre d'intonation. (Situation de... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,