20 février 2013

Scène 29

Lorsque la lumière revient, très progressivement avec la montée de la musique, on découvre l'être assis en position de lotus devant un des miroirs, on dirait qu'il rapporte une conversation à laquelle il a asssité et dans laquelle il n'est pas impliqué. À la fin fondu au noir et musique partant lentement. Musique : Philippe Manoury, Zeitlauf (fragment) Argument:  ciel turquoise. Ne croyez-vous pas que si vous vous secouiez un peu par un beau temps. Scène 29 : discours de l'être  (couperosé, applaudissant) En... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 octobre 2012

Scène 16

La pièce n'évolue pas en fonction des sentiments, mais des états d'être réduits à la gestuelle la plus simple. La mise en scène est très sobre, à gauche du plateau (toujours plus ou moins éclairé), le portique des masques où vont se servir les personnages. Sur la scène, dispoés commé aléatoirement, des miroirs en pied éclairés ou non suivant les évolutions des personnages. Dans l'idéal, ces miroirs constitueraient un labyrinthe éclairé de coups de projecteurs où le personnage apparaît, parfois comme un spectre. Dans cette scène, le... [Lire la suite]
28 septembre 2012

Scène 24

L'identité humain et le cœur humain sont assis face à face dans une atmopshère obscure, l'identité humaine s'adresse au cœur humain. (Situation de l'identité: l'identité s'amusait infiniment chaque fois qu'elle prenait le coeur humain en flagrant délit du péché qu'il n'avouait pas, qu'il continuait à appeler le péché sans rémission, le snobisme) Acte dédié à l'identité, Scène 24 : monologue de l'identité (Un court temps où ils se prennent dans les bras, avec de grands yeux brûlés) Et ce fut À douze ans Son premier mensonge d'amour... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,