28 novembre 2013

Scène 22

  Quand la lumière s'éclaire l'acteur est figé au milieu de la scène. Il débite son texte de façon atone, sans aucune modulation à la manière d'un robot et de façon très lente. Pas de musique. Argument:  une journée sans un nuage. L'angoisse humaine prétend qu'il n'aime pas les fruits parce qu'il en mange moins que Sue.  Scène 22 : exposé du plaisir humain  (destructeur, même jeu)   Laisse-le donc où il est Il n'est plus là pour nous embêter La vitrine humaine a raison Mais il fait mieux que de dire Il... [Lire la suite]

11 novembre 2013

Scène 21

Le bonheur humain est d'abord allongé sur la scène, dos au public. Il se lève difficilement, marche péniblement de long en large comme s'il était ivre. Il a la voix pâteuse, titube? À la fin de sa tirade (lente, lourde) il va s'écrouler au fond de la scène. Noir. Musique : étude aux chemins de fer de Pierre Schaeffer Argument:  le ciel régente l'espace. L'humain excita chez Dumas une sympathie ardente que d'ailleurs l'humain ne révéla jamais à Jules Barbey d'Aurevilly.   Scène 21 le bonheur humain  (le ciel domine... [Lire la suite]
21 mai 2013

Scène 20

(Situation de l'âme: l'âme avait précisément connu, ce qu'on n'aurait pu dire d'aucun de leurs amis actuels, la famille de ces âmes un jour où le vent qui se faufilepar l'entrebaîllement de la porte laisse dans la bouche comme un goût de cendre) Acte dédié à la maison humaine, Scène 20 : monologue de l'âme (un jour où le vent laisse dans la bouche comme un goût de cendre. Un très petit canapé occupe la scène avec une minuscule table de salon sur le côté, sur laquelle est posée un téléphone sans fil, l'âme prend place; musique: Emma... [Lire la suite]
15 avril 2013

Scène 5

Argument:  par un matin sans nuages. L'identité me pinçait le bras avec violence et disait d'une voix forte. Lidentité humaine est dans un récit épique comme si elle racontait une saga, donc voix forte, rythme souligné, ton mélodramatique, emphase presque d'orateur début du vingtième siècle. Musique, Pierre Schaeffer, Prospopée. Scène 5 : sermon de l'identité  (boudeuse, absurde) Il fallait Certes Qu'elle l'aimât Et l'aimât étrangement Pour faire ce qu'elle faisait Pour avoir tout planté là d'une existence... [Lire la suite]
14 février 2013

Scène 24

  L'innocence humaine entre portant son masque Malinké, elle est rêveuse, elle marche très lentement sur le plateau entre les miroirs comme si elle se promenait dans un parc écoutant les oiseaux, regardant et respirant les fleurs, elle baguenaude, dit son texte sur un air amoureux et inspiré comme si elle se rapellait des moments merveilleux. Musique Clément Janequin, le chant des oiseaux. (Situation de la séduction humaine: les femmes qui prétendent ne juger un homme que sur son physique, voient en ce physique l'émanation... [Lire la suite]
29 janvier 2013

Scène 23

L'âme s'adresse à un vieux fauteuil placé dos au public qu'elle ignore, en fond de salle et qui est éclairé par un projecteur. On dirait qu'elle est seule, parle très doucement, à la limite de l'audible, diction très lente, très intériorisée. Musique de méditation vaguement chinoise. Argument: un jour où les nuages galopent dans un ciel obscur. Je me disais. Scène 23 l'âme (s'adressant à un vieux fauteuil placé dos au public, avec un sourire en coin de lèvres) Je ferraillais un peu dans ce temps Comme tout ce monde dont j'étais... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 novembre 2012

Scène 18

La personne humaine avec son masque de chat entre sur scène avec précipitation, elle a l'air très excitée et parle d'elle-même comme d'un étranger. Elle parcourt l'espace en marquant des lieux comme si elle décrivait un appartement où elle disposerait des meubles et des bibelots entre les miroirs sur pied. La musique pourrait ressembler à celle des papous Enga de Nlle Guinée. Argument:  il fait noir. Après coup, il s'en amusait, car il y avait en lui, rachetée par de rares délicatesses, une certaine muflerie. Scène 18: la... [Lire la suite]
30 octobre 2012

Scène 6

La scène s'ouvre sur le masque de l'âme posé sur un baton au milieu de la scène. L'âme parle en coulisse. La voix s'approche comme si le personnage allait venir sur scène puis s'éloigne comme s'il disparaissait. Les indications de scène permettent soit de jouer un ensemble de même scène, soit d'afficher un tirage aléatoire, soit de jouer une séquence ordonnée de scènes. Argument:  matin très sombre. Non je ne veux pas, je ne couche pas ici… Scène 6 : aparté de l'âme (matinée très sombre même jeu, donnant un coup au druide) ... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 octobre 2012

Scène 23

L'âme est écalirée alors qu'elle est face au portique des masques, elle semble hésiter puis prend le masque rouge chinois du général Guan Yu (opéra de Pékin), elle se retourne et fait des mouvements très lent de gymnastique chinoise calquant la diction du texte sur le rythme de sa respiration parfois une peu forcée. Argument:  un jour où les nuages galopent dans un ciel obscur. Je me disais… Scène 23: l'âme  (s'adressant à un vieux fauteuil placé dos au public, avec un sourire en coin de lèvres) Je ferraillais un peu dans... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,