11 novembre 2013

Scène 21

Le bonheur humain est d'abord allongé sur la scène, dos au public. Il se lève difficilement, marche péniblement de long en large comme s'il était ivre. Il a la voix pâteuse, titube? À la fin de sa tirade (lente, lourde) il va s'écrouler au fond de la scène. Noir. Musique : étude aux chemins de fer de Pierre Schaeffer Argument:  le ciel régente l'espace. L'humain excita chez Dumas une sympathie ardente que d'ailleurs l'humain ne révéla jamais à Jules Barbey d'Aurevilly.   Scène 21 le bonheur humain  (le ciel domine... [Lire la suite]

14 septembre 2013

Scène 2

(Situation de la personne humaine (je sais pas)) Acte dédié au coeur humain, Scène 2 : Monologue de la personne humaine, il semble nettoyer les fenêtres invisibles d'une chambre puis reprend son discours, un très petit canapé occupe la scène avec une minuscule table de salon sur le côté, sur laquelle est posée un téléphone sans fil qui sonne par intermittences. Musique Téléphone. La personne humaine a cherché à se dégager de mes bras en criant Petit esprit humain Resté seul sur terre à la suite du drame où le destin le fit... [Lire la suite]
22 juin 2013

Scène 22

L'identité humaine est en plain délire, ivre ou droguée, elle se déplace sur scène en se tenant aux miroirs, titube, tombe, se relève. Elle a de la peine à articuler, dit son texte comme si c'était autant de fragments d'un rêve ou d'un délire. Musique. Argument:  matinée très obscure. En laisser une seule goutte dans le plat eût témoigné de la même impolitesse que se lever avant la fin du morceau au nez du compositeur. Scène 22 : récit de l'identité (orgueilleuse, arrêtant son discours) Sue s'était relevé La mine ahurie... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
23 mai 2013

Scène 25

Argument:  les nuages noirs couvrent la ville d'un voile de deuil. Mes parents m'ayant dit que quand j'irais pour la première fois au théâtre j'aurais à choisir entre ces deux pièces, cherchant à approfondir successivement le titre de l'une et le titre de l'autre, puisque c'était tout ce que je connaissais d'elles, pour tâcher de saisir en chacun le plaisir qu'il me promettait et de le comparer à celui que recelait l'autre, j'arrivais à me représenter avec tant de force, d'une part une pièce éblouissante et fière, de l'autre une... [Lire la suite]
21 mai 2013

Scène 20

(Situation de l'âme: l'âme avait précisément connu, ce qu'on n'aurait pu dire d'aucun de leurs amis actuels, la famille de ces âmes un jour où le vent qui se faufilepar l'entrebaîllement de la porte laisse dans la bouche comme un goût de cendre) Acte dédié à la maison humaine, Scène 20 : monologue de l'âme (un jour où le vent laisse dans la bouche comme un goût de cendre. Un très petit canapé occupe la scène avec une minuscule table de salon sur le côté, sur laquelle est posée un téléphone sans fil, l'âme prend place; musique: Emma... [Lire la suite]
11 avril 2013

Scène 7

(Situation de l'humain: après coup, il s'en amusait, car il y avait en lui, rachetée par de rares délicatesses, une certaine muflerie) L'humain est rêveur, amoureux, contemple des étoiles et une lune imaginaire, il adopte un ton lyrique, ampoulé comme s'il chantait un air d'opéra. Il ne chante pas pourtant mais sa voix est modulée à la limite du chant. Musique japonaise traditionnelle. Acte dédié à l'âme, Scène 7 : monologue de l'humain (inquiet, aux autres, de vastes yeux en amandes) Au nom du diable L'humain souffrait d'avoir... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 mars 2013

Scène 21

          L'âme masquée par le fond de la salle et ne commence à parler que lorsqu'elle est à quelques pas de la scène sur laquelle elle monte. Elle adopte un ton solennel, presque outré, pédant comme si elle annonçait une révélation très impofrtante. Puis elle s'en va lentement, sans se retourner, vers le fond de la scène où elle disparaît (Bach, suite en ré) (Situation de l'âme: je sais bien que cela me serait très désagréable de voir mon nom imprimé tout vif comme cela dans le journal, et je ne... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
31 janvier 2013

Scène 11

L'humain est face au portique des masques, prend le masque africain Igbo, se retourne et tout en marchant lentement vers la salle, l'ajuste comme s'il le gênait. Il raconte une histoire au public d'un air très sérieux: cette histoire est très importante et il faut que le public en ait conscience, c'est presque un récit fondateur. Musique d'Edgar Varèse, Un grand soleil noir. Argument:  le jour où personne humaine s'est mariée. L'humain, qu'est-ce que l'on me disait qu'il y a un artiste qui a installé son chevalet dans votre... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 janvier 2013

Scène 14

Pendant cette scène on ne voit pas vraiment le cœur humain, on l'aperçoit vaguement éclairé en fond de scène. il est assis en position de lotus, semble pris dans un songe intérieur, presque absent. Le texte est dit comme un dialogue, une partie par l'acteur en scène, une autre en voix off par une machine. Les deux peuvent aussi, par moments se reprendre en écho. Pas de musique ici, le silence d'abord, à la limité du pesant, puis la parole, puis le silence avant disparition lente de la lumière. Argument:  de lourds nuages dorés,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 janvier 2013

Scène 28

Le cœur humain entre sur un morceau de free jazz (par exemple Buddha Blues de Ornette Coleman). Il semble ivre, fait n'importe quoi, débite le texte comme une intervention sur la musique, sans essayer de respecter aucune syntaxe. À la fin, il se couche sur le sol et disparaît dans le noir. (Situation du coeur humain: mes parents du reste commençaient à lui trouver cette vieillesse anormale, excessive, honteuse et méritée des célibataires, de tous ceux pour qui il semble que le grand jour qui n'a pas de lendemain soit plus long que... [Lire la suite]