28 juin 2013

Scène 10

L'esprit humain est surexcité, il semble pressé, court dans tous les sens comme s'il cherchait quelqu'un, dit son texte très vite sur un rythme proche du rap, s'essoufle, entre sort entre. Rythme de batterie solo. Argument:  une journée sans un nuage. Mon imagination reprenant des forces au contact de ma sensualité, ma sensualité se répandant dans tous les domaines de mon imagination, mon désir n'avait plus de limites. Scène 10 l'esprit humain  (une journée sans un nuage maussade, reprenant sa veste) Quelques secondes... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 avril 2013

Scène 27

    La rapidité humaine va et vient à toute allure sur le plateau, entrant d'un côté, sortant d'un autre, elle est très agitée mais ne parle que lorsqu'elle est sur la scène. Son débit est alors plutôt lent, oppressé comme si elle avait du mal à parler, elle semble souffrir. Chant chamanique. Argument:  par une douce matinée ensoleillée. Je crois qu'au fond il n'aime plus cette femme. Scène 27 : allocution de la rapidité humaine (mobile, tentant d'expliquer, en prenant multiplicité humaine par l'épaule) D'un pas... [Lire la suite]
09 décembre 2012

Scène 26

  Le personnage vient du fond de la scène sur une musique de tambours africains. Il avance en dansant sur ce rythme auquel il adapte ses paroles qu'il chante. Il sort de même. Sa voix s'éteint dans la distance. (Situation: demande vivement l'âme avec un zèle de linguiste plus encore qu'une curiosité de badaud) Acte du soleil, Scène 26 : un personnage (des cils noirs très fins très longs) Ces plaisirs impersonnels et solitaires de l'observateur, que j'ai toujours mis au-dessus de tous les autres, j'allais pouvoir me les... [Lire la suite]
15 novembre 2012

Scène 29

Le cœur humain est amoureux et cela se sent. Argument:  une journée où les pluies font appréhender des inondations. Si je l'avais acheté à le Nottingham, en l'apercevant devant l'épicerie d'Alphonse de Chateaubriand, trop distante de la maison pour que le cœur humain pût s'y fournir comme chez Paul Arène, retenu par des ficelles dans la mosaïque des brochures et des livraisons, c'est que je l'avais reconnu pour m'avoir été cité comme un ouvrage remarquable par le professeur ou le camarade qui me paraissait à cette époque détenir... [Lire la suite]