14 février 2013

Scène 24

  L'innocence humaine entre portant son masque Malinké, elle est rêveuse, elle marche très lentement sur le plateau entre les miroirs comme si elle se promenait dans un parc écoutant les oiseaux, regardant et respirant les fleurs, elle baguenaude, dit son texte sur un air amoureux et inspiré comme si elle se rapellait des moments merveilleux. Musique Clément Janequin, le chant des oiseaux. (Situation de la séduction humaine: les femmes qui prétendent ne juger un homme que sur son physique, voient en ce physique l'émanation... [Lire la suite]

12 décembre 2012

Scène 13

(Situation de la tendresse humaine: n'osant pas trop tourner les yeux de son côté de peur d'avoir à lui parler, j'allai embrasser mon oncle) Acte dédié à l'être , Scène 13 : harangue de la tendresse humaine (encore plus fort, l'oeil noir d'enfer) La tendresse humaine commence à parler en coullisses sur un ton très décidé: elle raconte une histoire avec évidence. Elle vient tout droit vers le public, s'assied au bord de la scène et prend le public à témoin comme si celui-ci avait vécu ce qu'il rapporte puis, devant le manque de... [Lire la suite]
04 décembre 2012

Scène 5

Quelqu'un entre avec un masque de chamane Ma'Betisek, il semble très agité, presque en proie à des visions, comme s'il allait entrer en transes, il débite son texte par fragments, très hachés, presque sur un rythme de rap. Il a l'esprit troublé, chasse des fantômes ou des esprits. La musique est très agressive, très rythmée. (Situation quelqu'un: mon neveu, sans lui dire mon nom, ni me dire le sien, sans doute parce que, depuis les difficultés qu'il avait eues avec mon grand-père…) Acte dédié à la nature humaine, Scène 5 :... [Lire la suite]
16 novembre 2012

Scène 3

Lorsque la lumière s'allume (entre chaque scène la lumière doit s'éteindre sur scène pour marquer les coupes), le performer est devant le portique des masques et revêt celui de la passion humaine puis il se promène entre les miroirs comme s'il se regardait pour mieux réfléchir. il dit son monologue d'un ton très inspiré, très réflexif, concentré. La musique pourrait être un blues lent comme "Muddy Waters, Mississipi data blues" . (Situation de la tendresse humaine: l'acte si simple que nous appelons «voir une personne que nous... [Lire la suite]
10 novembre 2012

Scène 4

Le sentiment humain entre tenant devant son visage, à deux mains, un masque Yup'ik qui semble trop grand pour lui et qui l'embarasse. Il semble ne pas savoir que faire, va dans tous les sens comme s'il cherchait quelque chose. Il parle de façon décousue, sans tenir compte de la syntaxe. Il semble désorienté, perdu. Les musiques, les exemples de musique, ne sont donnés qu'à titre indicatif. Le performer peut adopter toutes sortes de stratégies dans l'accompagnement musical : une musique continue durant toute la représentation, le... [Lire la suite]
28 octobre 2012

Scène 30

  L'émotion humaine apparaît d'un seul coup au milieu de la scène portant son masque, elle semble essouflée, parle de façon précipitée comme si elle s'adressait à quelqu'un qu'elle cherche. Pendant qu'elle parle monte lentement  des espèces de miaulements produiots par des humains comme des souffrances sourdes soulignés par des glissandos et pizzicati de guitare. (Situation de l'émotion humaine: la tendresse humaine prétend qu'il n'aime pas les fruits parce qu'il en mange moins que Jules Barbey d'Aurevilly une après-midi... [Lire la suite]
23 octobre 2012

Scène 13

  Un projecteur découpe la tendresse humaine devant le portique des masques, il choisit le masque amérindien du soleil. Dès qu'il se retourne, la lumière s'éteint. L'éclairage devient alors stéréoscopique découpant dans l'espace le personnage qui danse frénétiquement en disant le texte de façon hachée, presque souffrante, avec un souffle très fort. À la fin il disparaît dans le noir comme s'il s'évanouissait. Sur cette scène, il peut y avoir un accompagnement de musique, par exemple des tambours du Bénin. (Situation de la... [Lire la suite]
30 septembre 2012

Scène 1

La nature humaine (masque M'bunda) émerge masquée du fond de la scène, s'avance très lentement, comme hésitante, semble se parler à elle-même. (Situation de la nature humaine: la nature humaine les agace un peu, et ils ne tiennent pas à se faire des amis) Acte dédié au coeur humain, Scène 1 : monologue de la nature humaine (se méprenant, de vastes yeux en amandes) On n'avoue pas qu'on ne connaît pas la sonate d'Alexandre Dumas On n'a pas le droit de ne pas la connaître En réalité nous prenions un certain plaisir à ce jeu Étant... [Lire la suite]