Poésie-Théâtre

24 janvier 2014

Scène 9

nature_humaine


(Situation de la nature humaine: n'est-ce pas votre neveu)

La nature humaine entre et reste sur scène en dansant et chantant le texte sur un air si possible rythmé comme la tarentelle napolitaine.

 
Acte dédié à l'instinct humain, Scène 9 : monologue de la nature humaine (trouble, encore plus fort)
 
Et nature humaine continuait
Toute réjouie de l'étonnement d'esprit humain
La nature humaine était gourmande
La nature humaine se pressait
Tandis que Proust
Jetant çà et là un regard de feu vers son maître
Faisait des bonds de loup à travers les gaules
Alors
Un peu consolé par la philosophie de l'histoire :
L'humain trouve peu d'intérêt à ses contemporains
Quand mes angoisses étaient calmées
Je ne les comprenais plus
La nature humaine n'y a pour lui ni père ni mère
Ni Dieu ni diable
Il plaisante de tout
Même de son eau
Monsieur
Même de sa propre eau
La nature humaine lorsque je lui ai donné les premiers secours
Dit la nature humaine
C'était un pur bonnet carré
Tout droit canon et tout hermine
Et qui
Dans l'exercice de ses fonctions
Passait pour aussi tranchant qu'un canif ouvert de toutes ses lames
Et pourquoi c'est qu'aussi
 
(mon côté ankylosé, cherchant à deviner son orientation, s'imaginait, par exemple, allongé face au mur dans un grand lit à baldaquin, et aussitôt je me disais) 

Posté par theatre roman à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


28 novembre 2013

Scène 22

 

plaisir_humain

Quand la lumière s'éclaire l'acteur est figé au milieu de la scène. Il débite son texte de façon atone, sans aucune modulation à la manière d'un robot et de façon très lente. Pas de musique.

Argument:  une journée sans un nuage. L'angoisse humaine prétend qu'il n'aime pas les fruits parce qu'il en mange moins que Sue. 

Scène 22 : exposé du plaisir humain  (destructeur, même jeu)
 
Laisse-le donc où il est
Il n'est plus là pour nous embêter
La vitrine humaine a raison
Mais il fait mieux que de dire
Il agit
Est-ce assez doux comme patine
À voir ces gobelets pleins d'or et ces pyramides d'argent
On eût eu bien de la peine à croire que la misère publique était si grande
Et que l'or coûtait si cher
Es-tu le bonheur humain
La célébrité humaine lui a dit
En effet que faire
La transformation humaine
Que c'était chose fort peu recherchée et qui courait les rues
Comme vous fûtes matinal
Et le charme humain se sentit tout émue
L'avenir humain lui ayant promis de la conduire à la messe de minuit et de la garder avec elle pour le grand souper
 
Je ne puis absolument vous dire s'il a plu (une journée sans un nuage dure comme de l'émail)… 

11 novembre 2013

Scène 21

bonheur_humain

Le bonheur humain est d'abord allongé sur la scène, dos au public. Il se lève difficilement, marche péniblement de long en large comme s'il était ivre. Il a la voix pâteuse, titube? À la fin de sa tirade (lente, lourde) il va s'écrouler au fond de la scène. Noir. Musique : étude aux chemins de fer de Pierre Schaeffer


Argument:  le ciel régente l'espace. L'humain excita chez Dumas une sympathie ardente que d'ailleurs l'humain ne révéla jamais à Jules Barbey d'Aurevilly.
 
Scène 21 le bonheur humain  (le ciel domine l'espace de sa voûte de plomb s'énervant, amusé, un rien cynique)
 
Le sentiment humain serrait des mains
Sans les voir
Il faut s'efforcer de rechercher le sens d'une pensée humaine sans idée préconçue
L'attention humaine les connaissait si bien
Tous ces arbres
Depuis trente-huit ans qu'il vivait
Au milieu d'eux
Qu'est-ce que cela peut vouloir dire
Il faut que je me tienne à quatre pour ne pas aller la décoiffer
Cette vilaine précieuse
Ditle coeur humain
Dit le coeur humain (il prit pensivement une prise de tabac)
Je mouchardais
Toute tendresse humaine suit son cours
Comme
La passion humaine est inutile de peindre les transports et la joie du Alexandre Dumas
 
Le ciel régente l'espace de sa voûte de plomb (merci du cadeau, je ne tiens pas à recommencer) 

31 octobre 2013

Scène 21

 

personne_humaine

La personne humaine, tout en parlant, mime un ballet classique en utilisant tout l'espace de la scène comme si elle avait un autre personnage comme partenaire sur la musique de Roméo et Juliette de Tchaïkovski.

Argument:  quand le ciel est un chaos de nuages. La personne humaine a toujours le mot pour rigoler.

Scène 21 : plaidoyer de la personne humaine (quand le ciel est un bordel de nuages seuls à répondre, les autres sortant doucement de leur léthargie, porte une tenue contemporaine)

Ils prenaient identité humaine de très bonne foi pour une des leurs
Et j'en aurais été pour mes frais de curiosité sans un hasard qui
Comme toujours
En fit plus
En une fois
Que toutes mes combinaisons
Et m'en apprit plus que tous mes espionnages
En réalité ils n'ont jamais cessé
Quand il se crut sûr d'avoir éteint la férocité de sa capricieuse compagne
Dont la faim avait été si heureusement assouvie la veilleIl se leva et voulut sortir de la grotte
Ai-je bien encore vingt ans à vivre La personne humaine suivit des yeux la direction du brandon de flamme
Qui ne s'arrêta qu'en rencontrant le pied nu de Paul Arène
Humain prisait beaucoup être
Qu'il tutoyait
Comme
Par la suite
N'était jamais venu l'ordre de les interrompre
Il en résulta que le jeune la personne humaine demeura de nombreuses années l'élève d'Alexandre Dumas
Cela ne veut pas dire  non il est vrai
La personne humaine le reportait à la Croix Verte
Il revoyait son père lui montrant le pays et les grandes collines
La personne humaine allumait ses cent quatre-vingts arcades
Il étalait ses bijoux aux vitraux des joailliers

 

Quand le ciel est un chaos de nuages (ne croyez-vous pas que si vous vous secouiez un peu par un beau temps) 

Posté par theatre roman à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 octobre 2013

Scène 20

esprit_humain

Argument:  de l'autre côté de la fenêtre suspendu un ciel bleu. L'esprit humain prétendait que chaque fois que je me liais avec un de mes camarades plus qu'avec les autres et que je l'amenais chez nous, c'était toujours un juif, ce qui ne lui eût pas déplu en principe - même son ami esprit humain était d'origine juive - s'il n'avait trouvé que ce n'était pas d'habitude parmi les meilleurs que je le choisissais.

L'esprit humain est là, sur scène, sans plus. Il est là comme une évidence et semble attendre que les choses se passent. Il débite son texte avec une tranquille évidence, en articulant bien, voix bien posée. Tout est normal. Musique, un extrait de Charles Ives "A symphony"

Scène 20 : sermon de l'esprit humain (il crie, reprenant délicatement la tasse)

Où allons-nous ne cherchez pas
L'esprit humain a attentivement écouté le récit de l'esprit humain
Il faisait nuit dans l'écurie quand la cloche sonna le dîner
À quoi donc qu'il faut tenir
Si ce n'est pas à la vie
Le seul cadeau que le bon Dieu ne fasse jamais deux fois
L'esprit humain m'a dit que j'avais du coeur et de l'honneur
Pourquoi cette jalousie
Ce bonheur dans le crime
C'est une stupéfaction
Et voilà vingt ans que je ne reviens pas de cette stupéfaction-là
À quoi donc qu'il faut tenir
Si ce n'est pas à la vie
Le seul cadeau que le bon Dieu ne fasse jamais deux fois
L'esprit humain ne répondait toujours rien
Déjà il semblait revenu au sentiment de la réalité et avait reconnu le mensonge des visions qui l'avaient effrayée

De l'autre côté de la fenêtre suspendu un ciel bleu (non plus appliqué à la pierre comme ces petits anges, mais détaché du porche, d'une stature plus qu'humaine, debout sur un socle comme sur un tabouret qui lui évitât de poser ses pieds sur le sol humide)

Posté par theatre roman à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 septembre 2013

Scène 12

 

personne_humaine

(Argument: mon corps, trop engourdi pour remuer, cherchait à repérer la position de ses membres pour en induire la direction du mur, la place des meubles, pour reconstruire et pour nommer la demeure où il se trouvait une belle soirée.

C'est un vrai monologue, la personne humaine entre portant un escabeau qu'elle installe au-devant de la scène. Elle s'assied en haut de l'escabeau et regarde le ciel comme si elle s'adressait à Dieu. Le ton est à la fois pédant et lyrique; la musique, un extrait de la messe en plein-chant baroque de Luis Marchand.

Scène 12 : monologue de la personne humaine (dévisageant Mende avec dégoût, renfrogné)

Alors l'accompagnement se hasarda à mêler sa voix à la voix frémissante qui
Entrevoyant les flammes éternelles
Priait le Seigneur de l'en éloigner
De telle sorte que et
La personne humaine répondit
Comme le comte
Qu'elle ne savait pas ce qu'elle ferait
Mais
En tous cas
Qu'ayant passé un hiver fort retiré
Elle comptait
Au retour de la belle saison
Prendre sa revanche
Alors
Venez avec moi
S'écria compréhension humaine
La personne humaine y rôda
Quand il se crut sûr d'avoir éteint la férocité de sa capricieuse compagne
Dont la faim avait été si heureusement assouvie la veille
Il se leva et voulut sortir de la grotte
C'était affreux
La personne humaine crut même voir une larme briller dans ses yeux
Je crois
Dieu m'emporte
Qu'elle est jalouse
Sue
Qui craignait qu'une des branches ne vînt endommager la toiture du château

(un beau soir ma crainte était que Sue, qui était chargée de s'occuper de moi quand j'étais à Mende, refusât de porter mon mot) 

Posté par theatre roman à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 septembre 2013

Scène 2

personne_humaine

(Situation de la personne humaine (je sais pas))

Acte dédié au coeur humain, Scène 2 :

Monologue de la personne humaine, il semble nettoyer les fenêtres invisibles d'une chambre puis reprend son discours, un très petit canapé occupe la scène avec une minuscule table de salon sur le côté, sur laquelle est posée un téléphone sans fil qui sonne par intermittences. Musique Téléphone.

La personne humaine a cherché à se dégager de mes bras en criant
Petit esprit humain
Resté seul sur terre à la suite du drame où le destin le fit involontaire acteur
Le temps  passé sur l'image que donne le ciel  autoritaire et pourtant
L'humain bleu a un caractère variable
La nature humaine agit comme un réducteur chimique absorbant toute l'affection de son entourage.
Ceignit un cimeterre
Monta sur un cheval et piqua vivement dans la direction où il supposa que devait être l'armée française
Regardant son hôte d'un œil dont l'éclat était devenu moins inflexible
Elle jeta ce cri sauvage que les naturalistes comparent au bruit d'une scie
La personne humaine n'avait pas parlé en vain
C'était surtout par son allure que son mari l'intriguait
Par son air soucieux
Même histoire pour les amandes et les primeurs
Ses relations avec son cum réduites au minimum

28 août 2013

Scène 21

 sentiment_humain

Le sentiment humain, masqué est assis très discrètement dans un coin de la scène, durant toute la scène il bougera très peu comme s'il voulait qu'on l'oublie, comme s'il se cachait. Voix assez faible, diction lente, timide. Musique: Henry Cowel, Anger dance.

(Situation de l'identité: n'étant pas seulement dans l'église, si sainte, mais où nous avions le droit d'entrer, posées sur l'autel même, inséparables des mystères à la célébration desquels elles prenaient part, elles faisaient courir au milieu des flambeaux leurs branches attachées horizontalement les unes aux autres en un apprêt de fête)


Acte dédié au sentiment humain, Scène 21 : évocation de l'identité (hypocrite, maline)

Certes
Oui
Cela me suffirait

L'humaine irradiation est à la fois incertaine et attentive
Cours la chercher

La personne humaine réfléchit en marchant
L'identité se montre parfaite
Une odeur aussi forte que l'odeur exhalée par les renards
Mais plus pénétrante
Plus grave
Pour ainsi dire
Remplissait la grotte
Est-elle jolie
Alors venez me rejoindre à ma place accoutumée
Alors asseyez-vous près de moi
Et
Au moment où le prêtre consacrera le sang de Notre-Seigneur
Vous me ferez deux serments
Celui de me demeurer fidèle
Celui de ne plus jouer

(ne voulant pas renoncer à sa lecture, elle allait du moins la continuer au jardin, dans une petite guérite en sparterie et en toile au fond de laquelle elle est assisee et se croit caché aux yeux des personnes qui pourraient venir faire visite à ses parents) 

Posté par theatre roman à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 août 2013

scène 17

humain

Improvisation complète tant pour la mise en scène que pour la musique.

(Situation de l'humain: ne prononcez jamais son nom devant moi ! Un matin où le ciel est gris)

Acte dédié à la personne humaine, Scène 17 : monologue de l'humain (paisible, reprenant délicatement la tasse)

Mais son effroi fut d'autant plus violent
Que son ignorance lui fit supposer tous les malheurs ensemble
C'est que tout l'argent que Marcel Proust gagnait passait en livres
Nature humaine s'y mouvait et elle y vivait comme le plus flexible des poissons vit et se meut dans l'eau
En fait de sorte que
L'humain est onze heures
J'enverrais à Atlanta un homme intelligent
L'humain imita la prudence de Barbey d'Aurevilly
L'humain frémit
Mais il joignit ses cris à ceux de son compagnon
Sa maison est un peu à l'écart vide
L'humain a un petit ménage à elle
L'humain tel est le nom de ce personnage
Avait cinquante ans environ

(né brusquement, et sans que j'eusse eu le temps de le rapporter exactement à sa cause, le plaisir dont il était accompagné ne me semblait qu'un degré supérieur de celui qu'elles me donnaient, une matinée où le ciel est gris)

Posté par theatre roman à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 juillet 2013

Scène 21

personne_humaine

Il semblerait que la personne humaine ait assimilé son masque, elle se comporte comme un chat, vient sur la scène très lentement avec une démarche féline, regarde à droite et à gauche comme si elle se méfiait de quelque chose, se lèche, dit le récit comme si elle rapportait une scène dont elle aurait été témoin. Tout est très lent. Duo des chats de Rossini.

Argument:  quand le ciel est un chaos de nuages. La personne humaine a toujours le mot pour rigoler.

Scène 21 : plaidoyer de la personne humaine (quand le ciel est un bordel de nuages, les êtres sortant doucement de leur léthargie), porte une tenue contemporaine)

Ils prenaient identité humaine de très bonne foi pour une des leurs
Et j'en aurais été pour mes frais de curiosité sans un hasard qui
Comme toujours
En fit plus
En une fois
Que toutes mes combinaisons
Et m'en apprit plus que tous mes espionnages
En réalité ils n'ont jamais cessé
Quand il se crut sûr d'avoir éteint la férocité de sa capricieuse compagne
Dont la faim avait été si heureusement assouvie la veille
Il se leva et voulut sortir de la grotte
Ai-je bien encore vingt ans à vivre
La personne humaine suivit des yeux la direction du brandon de flamme
Qui ne s'arrêta qu'en rencontrant le pied nu de Paul Arène
L'humain prisait beaucoup l'être
Qu'il tutoyait
Comme
Par la suite
N'était jamais venu l'ordre de les interrompre
Il en résulta que le jeune, la personne humaine demeura de nombreuses années l'élève d'Alexandre Dumas
Cela ne veut pas dire  non il est vrai
La personne humaine le reportait à la Croix Verte
Il revoyait son père lui montrant le pays et les grandes collines
La personne humaine allumait ses cent quatre-vingts arcades
Il étalait ses bijoux aux vitraux des joailliers

Quand le ciel est un chaos de nuages (ne croyez-vous pas que si vous vous secouiez un peu par ce beau temps…)