Une identité rêveuse regardant le ciel puis se regardant dans un des miroirs en pied. La phrase principale est "à quoi bon" qui doit être répétée en changeant de ton comme si c'était un acteur essayant de trouver comment la dire.

(Situation de l'identité: à l'heure, qui vient pour moi maintenant, où les bois sont déjà noirs, où la nuit tombe vite, vous vous consolerez comme je fais en regardant du côté du ciel)

Acte dédié au coeur humain, Scène 4 :exhortation de l'identité humaine (aristocratique, ironique)

De même où… nous mais alors
Le cœur humain ne se défait pas facilement de ses vieilles habitudes
L'identité disputais à Pepita la plus belle pomme du pommier
L'identité tâcha de distinguer les traits de Chateaubriand
L'identité mourra aussi
L'identité est cachée hors de son domaine et de sa portée
En quelque objet matériel (en la sensation que nous donnerait cet objet matériel) que nous ne soupçonnons pas
Musique surtout d'artisans
Peu de choses sont logiques dans une identité
Par une attention délicate envers son ancienne clientèle
Identité humaine n'avait rien voulut changer aux dispositions du café primitif
A quoi bon

(mes remords étaient calmés, je me laissais aller à la douceur de cette nuit où j'avais ma mère auprès de moi).