15 avril 2013

Scène 5

Argument:  par un matin sans nuages. L'identité me pinçait le bras avec violence et disait d'une voix forte. Lidentité humaine est dans un récit épique comme si elle racontait une saga, donc voix forte, rythme souligné, ton mélodramatique, emphase presque d'orateur début du vingtième siècle. Musique, Pierre Schaeffer, Prospopée. Scène 5 : sermon de l'identité  (boudeuse, absurde) Il fallait Certes Qu'elle l'aimât Et l'aimât étrangement Pour faire ce qu'elle faisait Pour avoir tout planté là d'une existence... [Lire la suite]

15 janvier 2013

Scène 5

La nature humaine marche de long en large, très excitée et débite le texte sur un rythme très rapide, très haché comme si elle ruminait quelque chose, elle parle plutôt fort. Musique de fanfare amateur (on peut conserver les bruits de foule). Argument: sous un ciel morose. Mille petits détails inutiles me donnaient, comme un livre où on s'émerveille de rencontrer le nom d'une personne de connaissance, le plaisir de comprendre que c'était bien des tiges de vrais tilleuls, comme ceux que je voyais avenue de la Gare, modifiées,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 décembre 2012

Scène 5

Quelqu'un entre avec un masque de chamane Ma'Betisek, il semble très agité, presque en proie à des visions, comme s'il allait entrer en transes, il débite son texte par fragments, très hachés, presque sur un rythme de rap. Il a l'esprit troublé, chasse des fantômes ou des esprits. La musique est très agressive, très rythmée. (Situation quelqu'un: mon neveu, sans lui dire mon nom, ni me dire le sien, sans doute parce que, depuis les difficultés qu'il avait eues avec mon grand-père…) Acte dédié à la nature humaine, Scène 5 :... [Lire la suite]