_tre_humain

L'être, masqué, commençant à parler, entre traînant un transat à roulettes (de préférence très coloré). Il semble ne pas savoir où le placer, hésite sur plusieurs emplacements. Finalement il l'installe de dos de façon à ce que le public ne le voit pas et finit sa tirade comme s'il révélait un secret d'une grande importance. Pendant tout ce temps, la musique.

Argument:  il fait noir. Le dimanche il y a toujours des sociétés qui viennent même de très loin pour admirer la beauté du panorama.

Scène 28 : aparté de l'être  (il fait noir Un temps, raccrochant et sort)

En d'autres termes
L'être  regardait cette folie du vieillard avec ce doux sourire d'orgueil filial satisfait
La vie passe emportant les actions
Dit l'être  en montrant la pendule à Proust
Si ce n'est une de ces œuvres étranges comme le Testament de César Girodot et Œdipe-Roi lesquelles s'inscrivaient, non sur l'affiche verte de l'Opéra-Comique, mais sur l'affiche lie de vin de la Comédie-Française, rien ne me paraissait plus différent de l'aigrette étincelante et blanche des Diamants de la Couronne que le satin lisse et mystérieux du Domino Noir,
L'être  prenant la parole :
Cela ne veut pas dire…
Alors la pensée de tout ce qui s'était passé revint plus vive au souvenir de nature humaine
Et il se rappela le médaillon de Jules Barbey d'Aurevilly mis en gage chez le changeur allemand
Ce n'était plus là une épée qui vous frappait, c'était une balle
C'est pour ça exactement

Il fait noir (dans la vie, quand c'étaient des êtres et non des œuvres d'art qui excitaient ainsi son attendrissement ou son admiration, c'était touchant de voir avec quelle déférence elle écartait de sa voix, de son geste, de ses propos, tel éclat de gaîté qui eût pu faire mal à cette mère qui avait autrefois perdu un enfant, tel rappel de fête, d'anniversaire, qui aurait pu faire penser ce vieillard à son grand âge, tel propos de ménage qui aurait paru fastidieux à ce jeune savant).