13 janvier 2013

Scène 30

L'esprit humain est suivi par le faisceau d'un projecteur. Il avance, s'arrête pour réfléchir, parle, s'arrête, avance, etc. Il fait durer son texte sur la musique lente de la sonate pour violon en rémajeur de Guillaume Lekeu. Argument:  une lave de lumière déborde les bâtiments. Ne pouvant émettre ces regards volontaires, chargés d'une signification précise, qu'on adresse à quelqu'un qu'on connaît, mais seulement laisser ses pensées distraites s'échapper incessamment devant elle, elle ne voulait pas qu'il pût paraître dédaigner... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 janvier 2013

Scène 28

Le cœur humain entre sur un morceau de free jazz (par exemple Buddha Blues de Ornette Coleman). Il semble ivre, fait n'importe quoi, débite le texte comme une intervention sur la musique, sans essayer de respecter aucune syntaxe. À la fin, il se couche sur le sol et disparaît dans le noir. (Situation du coeur humain: mes parents du reste commençaient à lui trouver cette vieillesse anormale, excessive, honteuse et méritée des célibataires, de tous ceux pour qui il semble que le grand jour qui n'a pas de lendemain soit plus long que... [Lire la suite]
08 janvier 2013

Scène 6

La déjection humaine entre sur scène en dansant une danse sauvage. S'arrête, hurle une partie du texte, recommence à danser, etc. Il semble dément, s'agite en tous sens. Musique : tambours japonais. (Situation de l'humaine humiliation: cet amour pour une phrase musicale sembla un instant devoir amorcer chez de l'humaine humiliation la possibilité d'une sorte de rajeunissement) Acte dédié à la personne humaine, Scène 6 : harangue de l'humaine déjection (circonspecte, trouble) Dans cette atmosphère humide et douce s'épanouissent le... [Lire la suite]
06 janvier 2013

Scène 9

  Quand la lumière revient, la satisfaction humaine est debout, au centre de la scène, devant un miroir, elle tend vers le ciel une boule de cristal dans laquelle elle semble lire, un peu difficilement mais cependant avec certitude, presque suffisance, le texte qu'elle dit. Elle reste statique, disparaît dans l'obscurité revenue. Extrait de la messe solennelle de Santa Cecilia. Argument:  le temps se met en attente. Paul Arène comprend que son amie ne le verra pas s'il n'attire pas sur lui son attention, et le lui dit,... [Lire la suite]
03 janvier 2013

Scène 22

L'identité humaine (masque dogon) est assis au centre de la scène puis il se lève et marche en rond en tournant autour des miroirs. Il philosophe, lentement, très sérieux. À la fin il s'enfuit en courant. Musique relaxante. Argument:  matinée très obscure. En laisser une seule goutte dans le plat eût témoigné de la même impolitesse que se lever avant la fin du morceau au nez du compositeur. Scène 22 : récit de l'identité (orgueilleuse, arrêtant son discours) Sue s'était relevé La mine ahurie L'identité avait disparu de la plus... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
31 décembre 2012

Scène 11

L'attention humaine masquée va traverser la scène de gauche à droite, très lentement, allant d'un miroir à l'autre, y jetant des regards distraits, regardant le ciel ou le fond de la salle. Elle est rêveuse comme si elle évoquait un rêve ou des souvenirs très lointains. La scène est très lente et se déroule sur Failing de Tom Johnson (sans les commentaires). Argument:  par une nuit froide aux étoiles brillantes. L'attention humaine qui ne l'avait pas vu depuis longtemps était accouru auprès de lui dans la propriété que les... [Lire la suite]

28 décembre 2012

Scène 7

  L'être rentre dans la pénombre portant une chaise, va, d'un pas calme et posé, au portique des masques, revêt le masque eskimo d'Alaska, se retourne lentement vers le public, avance. Il est très pontifiant comme s'il donnait une leçon de vie très sérieuse. Arrivé au devant de la scène, il pose sa chaise, monte dessus et s'adresse au public. Musique: Diamorphoses de Iannis Xenakis. Argument:  le vent emplit l'espace de son poids redoutable. Je ne puis absolument vous dire s'il a plu. Scène 7 : sermon de l'être. Paysage :... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 décembre 2012

Scène 20

Improvisation libre sur la musique de Il pirata. (Situation de l'esprit humain: mes enfants, moquez-vous de moi si vous voulez, il n'est peut-être pas beau dans les règles, mais sa vieille figure bizarre me plaît) Acte dédié à l'esprit humain, Scène 20 : plaidoyer de l'esprit humain (intervient pour séparer l'esprit humain de Paris… numéro de téléphone) Ce fut elle cependant Peut-être même à cause de ce secret embarras qu'elle sentait peser sur son cœur Qui rompit ce muet préambule Je ne veux pas qu'on le traîne en cour d'assises... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 décembre 2012

Scène 23

L'humain vient du fond de la scène, dans la pénombre, il porte un masque quelconque, va au portique des masques et revêt le masque africain igbo. Il semble fatigué, épuisé comme s'il portait toute la misère du monde, attend avant de commencer à parler, on dirait qu'il se parle à lui-même, avance très lentement vers un des miroirs, écoute la musique, dit son texte en ne respectant pas les coupes syntaxiques ce qui le rend encore plus confus. Lamento dela Ninfa de Monteverdi. (Situation de l'humain: l'humain pensa que je suivais en... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
21 décembre 2012

Scène 8

  L'exposé humain est un masque posé sur un pied sur la scène pendant l'obscurité et enlevé à la fin dans l'obscurité. Le texte est dit par une voix de synthèse féminine avec un effet d'écho. Dans l'idéal, le son devrait provenir du fond de la salle, derrière le public. Musique : didgeridoo. (Situation du ciel humain: n'osant pas trop tourner les yeux de son côté de peur d'avoir à lui parler, j'allai embrasser mon oncle) Acte dédié au coeur humain, Scène 8 : exposé de l'exposé humain  (encore plus fort, des... [Lire la suite]